Banniere


La Gaume et le gaumais,
la Gaume et les Gaumais...
El billet don dîmatche (à lîre su Facebook
(https://www.facebook.com/Fregaume)
 tous les dîmatches au matin)
MG & PT

El 14 mai 2022.

    Salut, père Tampir, coummat ç’què v’allez anû?

    Djè crois què dj’va aussi bin qu’vous, mère Grougn’resse! Vès m’ez l’air dè foût bounne humeûr!

    Dj’â guîgni à la loterie nationâle!

    Tout plî d’sous?

    I n’faut m’ exadgèrer, là, Jules. Vès savez, les machins qu’on gratte, on n’guîgne djamâs des trèllâyes...

    Si v’a-n ez assez pou rapli vote cûve à mazout, c’est ma foi foût bin!

    A m-n’avis, ça vèrè. Et dj’arâ co pou v’päyi in bon dîner!

    Ça d’vint ma foi putot intèressant, tout ça!

    Djè l’savous bin, qu’i gn’avout qu’à v’causer d’mîdgi pour v’ravir èt v’bailli d’ l’appîtit!

    Oyi, bin sûr, Germaine, mâs i gn’è m’què ça, das la vîe.

    Vès douvez tout d’mîme fâre in paû attention, Jules. Dj’a atu sur goo-gle, coumme i dit l’Djean-Michel dè Beyne-Heusay, èt dj’â vû qu’i gn’avout n’feumme dè 75 ans qu’avout dèv’nu mère – in afant qu’avout crèchi das s’prope vate! – èt djè n’voûrous m’ què ça m’arriviche.

    Ç’est tout d’mîme èç’ qu’on peut hutchi d’la fècondâtion in vî trô!

    V’atez bin maû al’vé, Jules mâs c’est tout d’mîme à paû près ça!

    Èt vès v’lez m’dère què v’ n’ez m’ guîgni assez pou al’ver in afant?

    Tâjez-v’, là, Jules. Pour mi, c’est n’est m’ responsâbe, in affaire ainla. C’est coumme si la mère atout djà la grand-mère! Èt l’afant s’rè orphèlin d’bounne heûre. Qui ç’qui s’occup’rait d’lu, in côp la mère voûye? A moins què l’père atiche brâmat pus djeûne!

    Bon, on mette tout ça su l’coté! Quand ç’què où ç’què v’m’invitez?

    Nè, mille djeux, l’pansard èrprend l’dessus!  Où ç’qu’ èt quand ç’què v’vèlez, Jules.

    Mi ç’dîmatche-ci, Germaine, en tout cas.

    V’avez des autes prodjets aveu in aute feumme?

    Aaaah, ça s’poûrrout co bin. La Lèontine don Fernand d’la rûe don Bosquet m’è fât d’l’œil l’aute djou à la bouland’grie...

    Vès n’ mè fârez m’ bisquer aveu lîe, Jules. Djè la counneus bin, èt i gn’è m’ pus sèrieûse què lîe.

    Dj’â prèparé in mènu royal pou n’feumme qu’on hutche Germaine. Si vès v’lez bin ête èm-n hôte en tout cas...

    Djè va rèflètchi, Jules, mâs djè crois bin qu’ dj’arâ bî fâre, què djè n’troûv’râ pont d’argument pou v’dère non. Ça s’rè in Ricard, pour mi.

Le 14 mai 2022.

    Salut, père Tampir, comment allez-vous aujourd’hui?

    Je crois que je vais aussi bien que vous, mère Grougn’resse! Vous m’avez l’air de fort bonne humeur!

    J’ai gagné à la loterie nationale!

    Beaucoup d’argent

    Il ne faut pas exagérer, Jules. Vous savez, les machins qu’on gratte, on ne gagne jamais des grosses sommes...

    Si vous en avez assez pour remplir votre citerne à mazout, c’est ma foi fort bien!

    A mon avis, ça ira. Et j’aurai encore de quoi vous offrir un bon dîner!

    Ça devint ma foi plutôt intéressant, tout ça!

    Je le savais qu’il n’y avait qu’à vous parler de manger pour vous réveiller et vous donner de l’appétit!

    Oui, bien sûr, Germaine, mais il n’y a pas que ça, dans la vie.

    Vous devrez tout de même faire un peu attention, Jules. Je suis allée sur gôô-gle, comme dit Jean-Michel de Beyne-Heusay, et j’ai vu qu’une femme de 75 ans était devenue mère – un enfant qu’elle avait porté dans son propre ventre! – et je ne voudrais que ça m’arrive.

    Ç’est quand même ce qu’on peut appeler de la fécondation «in vî trô

    Vous êtes bien mal élevé, Jules mais c’est quand même in peu cela...!

    Et vous voulez me dire que vous n’avez pas gagné assez pour élever un enfant?

    Taisez-vous, donc, Jules. Pour moi, ce n’est pas responsable, un truc comme cela. C’est comme si la mère était déjà la grand-mère! Et l’enfant sera orphelin de bonne heure. Qui s’occupera de lui, une fois la mère partie? À moins que le père soit beaucoup plus jeune!

    Bon, on met tout ça de côté! Quand m’invitez-vous?

    Hop, crénom, le pansard reprend le dessus!  Où et quand vous voulez, Jules.

    Pas ce dimanche-ci, Germaine, en tout cas.

    Vous avez des autres projets avec une autre femme?

    Aaaah, ça se pourrait bien. La Léontine du Fernand de la rue du Bosquet m’a fait de l’œil l’autre jour à la boulangerie...

    Vous ne me ferez pas marcher avec elle, Jules. Je la connais bien, et il n’y a pas plus sérieuse qu’elle.

    J’ai préparé un menu royal pour une femme qu’on nomme Germaine. Si toutefois vous voulez bien être mon hôte...

    Je vais réfléchir, Jules, mais je crois bien que j’aurai beau faire, je ne trouverai pas d’argument pour vous dire non. Ce sera un Ricard, pour moi.

El 14 mai 2022.

   Bondjou, père Tampir.

   Ahâ, bondjou, là, mère Grougn’resse. V’allez bin?

   Bah, aveu l’taps qu’i fât, on n-n’ ôs’rout s’plîde, noume don?

   C’est tout d’mîme in drole dè djou, anû!

   Ah bon? Ç’qu’i-l è d’si drole?

   I mette assène la fîte des mères èt la fin d’ène guîrre...

   C’est in hasard...

   Èt vès trouvez ça normal, vous?

   Djè n’vois m’ èç qu’i gn’arout aveu ça!

   V’ez p’t-ête râjon. Das les deux cas, c’est in paû n’libèrâtion...

   Ah! Vès voyez bin!

   Èt das les deux cas, on n’est djamâs sûr què ça n’rècoummaç’rè m’!

   Bin djè v’mette au dèfi dè m’fâre rèdèv’nu mère, là, Jules! Alors què d’l’aute coté, gn’è toudjous quèqu’pârt das l’monde in holi ou in maû tapé qu’est prête à v’rèfoute ène guîrre su la plâtène!

   Oyi, qu’on croyout bin qu’ça n’atout pus possibe su note continent, i gnè in crapuleux fin fou qu’è r’foutu la merte.

   Bon, à part ça, qué libèrâtion qu’v’allez fîter anû?

   Vès savez bin qu’les commèmorâtions «pou n’djamâs roubliîr» èn’ sant m’ das mes habitudes. Respect pou tous les çounes qu’ant mouru sas râjon. Mâs mi, pou tout ç’qu’est noir èt tout plî d’moûts, djè d’mande el droit à l’oubli.

   Ma foi. Djè s’rous co bin d’vote coté...

   Vès v’nez, Germaine? Dj’â prèparé l’apèro et fât mi-mîme deux-troîs amûse-gueule què v’ m’a dèrez des nouvelles...

   Mi, Jules, djè v’nous v’dèmander si on n’vèrout m’ dîner tchûz la p’tite Marie, qu’è annonci in bî p’tit mènu pou la fîte dès mères.

   Atrez toudjous, Germaine, on voirè bin après.

   Oh mon djeu! Jules! Cè n’est m’ djeu possibe! V’y ez passé la nûti? Des fleûrs pa d’ t’avau... Ène taûle qu’on croirout dressîte pa n’fâye! Dès... Mon djeu, Jules, vès m’mettez des lârmes das les œils!

   Djè vois guère d’aute place pou les mette, Germaine...

   Tâjez-v’... Ça node si bon...

   Si Madâme veut bin s’assîre, djè vèrâ quîre el champagne èt lî servi...

   Aveu l’pûchet das l’cul...

   D’la boutèle pou fâre in paû «grand style», oyi, Madâme...

   Vès m’dijez l’mènu?

   Pou vote plâji, Madâme, el chef è prèparé in v’louté d’asperdges, des mini grènailles aveu in tournedos grilli au barbacue èt servi mîtant trantchi aveu don foie gras atère les trantches (Rossini, quoi), èt ène salâde dè saison...

   Vès savez ç’què dj’arous bin v’lu pou dessert, Jules?

   Non.net, Germaine, mâs djè v’servirâ ène «île flottante».

   Ça fât des annâyes què djè n’rêve què d’ça, Jules.

   Et dj’â d’la Sambuca pou mette aveu l’cafè!

   Après ça, Jules vès poûrrez m’dèmander tout ç’què v’voûrez...

   Bin, Germaine, la djournâye s’rè pus longue què les autes. Dj’allans passer don bon taps!

Le 14 mai 2022.

   Bonjour, père Tampir.

   Ahâ, bonjour, mère Grougn’resse. Vous allez bien?

   Bah, avec le temps qu’il fait, on n’oserait pas se plaindre, n’est-ce pas?

 C’est tout de même un drôle de jour, aujourd’hui!

   Ah bon? Qu’est-ce qu’il a de si drôle?

 Il associe la fête des mères et la fin d’une guerre...

   C’est un hasard...

   Et vous trouvez ça normal, vous?

   Je ne vois pas ce qui n’irait pas!

   Vous avez peut-être raison. Dans les deux cas, c’est un peu une libération...

   Ah! Vous voyez bien!

   Et dans les deux cas, on n’est jamais sûr que ça ne recommencera pas

   Ben je vous mets au défi de me rendre mère à nouveau, là, Jules! Alors que de l’autre côté, il y a toujours quelque part dans le monde un bon à rien ou un mal embouché prêt à vous refoutre une guerre sur la planète!

 Oui, alors qu’on croyait bien que ça n’était plus possible su note continent, il y a un cra- puleux fin fou qui a à nouveau semé la merde.

   Bon, à part ça, quelle libération allez-vous fêter aujourd’hui?

   Vous savez bien que les commémorations «pour ne jamais oublier» ne sont pas dans mes habitudes. Respect pou tous ceux qui sont morts sans raison. Mais moi, pour tout ce qui est noir et compte beaucoup de morts, je demande le droit à l’oubli.

 Ma foi. Je serais encore bien de votre côté...

  Vous venez, Germaine? j’ai préparé l’apéro et fait moi-même quelques amuse-gueules dont vous me direz des nouvelles...

   Moi, Jules, je venais vous demander si on n’irait pas dîner chez la petite Marie, qui a annoncé un beau petit menu pour la fête des mères.

   Entrez toujours, Germaine, on verra bien après.

   Oh mon dieu! Jules! Ce n’est pas dieu possible! Vous y avez passé la nuit? Des fleurs par tout... Une table qu’on croirait dressée par une fée! Dès... Mon dieu, Jules, vous me mettez des larmes dans les yeux!

   Je ne vois guère d’autre endroit pout les mette, Germaine...

   Taisez-vous... Ça sent si bon...

   Si Madâme veut bien s’asseoir, j’irai chercher le champagne et le lui servir...

   Avec le pouce dans le cul...

   De la bouteille pour faire un peu «grand style», oui, Madâme...

   Vous me dites le menu?

   Pour votre plaisir, Madâme, le chef a préparé un velouté d’asperges, des mini grenailles avec un tournedos grillé au barbecue et servi à demi tranché avec du foie gras entre les tranches (Rossini, quoi), et une salade de saison...

   Vous savez ce que j’aurais aimé comme dessert, Jules?

   Non, Germaine, mais je vous servirai une «île flottante».

   Ça fait des années que je ne rêve que de cela, Jules.

   Et j’ai de la sambuca pour aller avec le café!

   Après ça, Jules vous pourrez me demander tout ce que vous voudrez...

   Ben, Germaine, la journée sera plus longue que les autres. Nous allons passer du bon temps!

El 1î mai 2022.

    Bondjou, mère Grougn’resse!

    Ah! père Tampir! Coummat ç’què v’allez?

    Bin, ma foi, djè crois qu’ça vèrè. Djè v’a dèrâ pus’ el 15 dè mai.

    Ah bon? Ç’qu’i gn’è, l’15 dè mai?

    Ça s’rè l’ lond’mî don 14.

    Ooooh! V’ez fât n’fâmeuse trouvaille toulà...

    Vès n’savez d’jà pus ç’qu’i gnè l’14?

    Mi, das les 14, djè n’counneus qu’févrî.

    Ça n’m’ètounne mi d’vous! Vès n’sondgez qu’au plâji don...

    Oyi, ça va!

    Mi, c’est au plâji d’la langue què...

    V’atez co pus vicieux qu’djè n’croyous!

    Bin vès n-n’avez, don toupet! Mi, djè v’cause dè la langue gaumaise, dè note bon vî patois!

    Ah! Euh... Bin... Èt v’allez causer gaumais l’14 dè mai?

    Djè sais bin qu’aveu l’âdge, on pîrde in pau d’mèmoire, mâs tout d’mîme!

    Djè... Ah oyi! A Martche! La fîte aux langues dè Wallounie!

    On y rawâ des cent mille dgens!

    Vès plez d’jà sûr èr’tèrer les mille!

    Qué Èmile?

    Mi l’Èmile, les mille!

    Qu’est-ç’ què v’racontez toulà, v’avez v’nu sotte?

    C’est vous qui n’y atez pus! Des cent, mi des mille!

    Aha! Bin on voirè bin, noume don? V’allez au cabaret l’6?

    Oyi, sûr. I paraît què l’holi d’Frego va z’y tchanter èt conter deux-troîs flauves.

    I l’annonçant m’, pourtant.

    I s’avant trompé d’nom. Mâs ça n’fât rin, dj’y verâ! Qu’est ç’què v’fayez anû? Èt qu’est-ce què v’catchez dî vote dos?

    Anû, dj’invite la mère Grougn’resse, èt djè lî â amoûné don muguet.

    Bin... Euh... Merci brâmat des côps, Jules. Djè v’chû.

    Djusse pou l’plâji d’la langue?

    Nè m’fayez m’ roudgi, lâyez ça pou les rôse don premî mai!

Le 1er mai 2022.

    Bonjour, mère Grougn’resse!

    Ah! père Tampir! Comment allez-vous?

    Ben, ma foi, je crois que ça ira. Je vous en dirai plus le 15 mai.

    Ah bon? Qu’est-ce qu’il y a, le 15 mai?

    Ce sera le lendemain du 14.

    Ooooh! Vous avez fait là une sacrée trouvaille...

    Vous ne savez déjà plus ce qu’il y a le 14?

    Moi, dans les 14, je ne connais que février.

    Ça ne m’étonne pas de vous! Vous ne pensez qu’au plaisir du...

    Oui, ça va!

    Moi, c’est au plaisir de la langue que...

    Vous êtes encore plus vicieux que je ne croyais!

    Ben vous en avez, du culot! Moi, je vous parle de la langue gaumaise, de notre bon vieux patois!

    Ah! Euh... Ben... Et vous allez parler gaumais le 14 mai?

    Je sais bien qu’avec l’âge, on perd un peu la mémoire, mais quand même!

    Je... Ah oui! À Marche! La fête aux langues de Wallonie!

    On y attend des mille et des cents personnes!

    Vous pouvez déjà sûrement retirer les mille!

    Quel Émile?

    Pas l’Émile, les mille!

    Qu’est-ce que vous ’racontez là, vous êtes devenue sotte?

    C’est vous qui n’y êtes plus! Des cents, pas des mille!

    Aha! Ben on verra bien, n’est-ce pas? Vous allez au cabaret le 6?

    Oui, bien sûr. Il paraît que le fada de Frego va y chanter et raconter deux ou trois blagues.

    Ils ne l’annoncent pas, pourtant.

    Ils se sont trompés de nom. Mais ça ne fait rien, j’irai! Qu’est-ce que vous faites aujourd’hui? Et qu’est-ce que vous cachez derrière votre dos?

    Aujourd’hui, j’invite la mère Grougn’resse, et je lui ai apporté du muguet.

    Ben... Euh... Merci beaucoup, Jules. Je vous suis.

    Juste pour le plaisir de la langue?

    Ne me faites pas rougir, laissez ça pour les roses du premier mai!

El 24 avri 2022.

    Bondjou, mère Grougn’resse!

    Bondjou, là, Tampir.

    D’où ç’què v’allez aveu vote cabas?

    Djè m’va quîre in pî, Jules.

    Vès l’fayins vous-même, i m’sène...

    Èm’ robot pou fâre la pâte est en panne.

    Èt v’ez dèv’nu trop fégnante pou la fâre à la mîe...

    C’est in paû ça, Jules. Cè n’est m’ co si âji, wez-v’ bin.

    Si v’vèlez, Germaine, dj’a fârâ deux anû, djè v’a bârâ inque.

    Qu’est-ç’ què v’y mettez coumme grînes?

    In paû d’pavot, don sèsâme èt in paû d’grînes dè cahoûrte.

    Ça m’va. Ainlà, djè peux ratrer tout d’chûte. À quéle heûre què dj’peux v’nu l’quîre?

    Èn’ vès tracassez m’, Germaine, djè vès l’moûnrâ.

    À l’heûre dè l’apèro d’la nût, djè parîrous bin...

    Ou don poûsse-cafè...

    Mâs... Djè voûrous bin rwâti l’film à la tèlè...

    C’est aveu qui?

    L’Ursuline Andresse, c’est d’jà in vî film...

    Ah bon! Dj’allous dère, paç’què l’Ursula, elle è sûr das les 80 ans!

    Èt les vîes feummes, ça n’v’intèresse pus, sacré lâd mama!

    Ça dèpade in paû, hein, Germaine...

    Merci brâmat des côps pou l’complîmat qu’vès glissez d’zous les pîds coumme ène pèlette dè banane!

    Dijans què dj’n’â rin dit... On peut rwâti l’film assène...

    C’est ça. On prend l’apèro d’vant l’huche, mâs on ratère mîdgi à la mâjon...

    V’atez aussi pîre què mi, Germaine... si mi co d’pus!

    Vès venrez quand vès voûrez, Jules. Quand l’pî s’rè frad...

    C’est ça. A t’ t’à l’heûre...

Le 24 avril 2022.

    Bonjour, mère Grougn’resse!

    Bonjour, Tampir.

    Vous allez où, avec votre cabas?

    Je m’vais chercher un pain, Jules.

    Vous le faisiez vous-même, il me semble...

    Mon robot pour faire la pâte est en panne.

    Et vous êtes devenue trop paresseuse pour la faire à la main...

    C’est in peu ça, Jules. Ce n’est pas si facile, voyez-vous.

    Si vous voulez, Germaine, j’en ferai deux aujourd’hui, je vous en donnerai un.

    Qu’est-ce que vous y mettez comme graines?

    Un peu de pavot, du sésame et un peu de graines de courge.

    Ça me convient. Ainsi, je peux rentrer tout de suite. Je peux venir le chercher à quelle heure?

    Ne vous tracassez pas, Germaine, je vous le porterai.

    À l’heure de l’apéro du soir, je parie...

    Ou du pousse-café...

    Mais... Je voudrais bien regarder le film à la télé...

    C’est avec qui?

    L’Ursuline Angresse, c’est déjà un vieux film...

    Ah bon! J’allais dire, parce que l’Ursula, elle a sûrement dans les 80 ans!

    Et les vielles femmes, ça ne vous intéresse plus, sacré laid machin!

    Ça dépend un peu, hein, Germaine...

    Merci beaucoup pour le compliment que vous me glissez sous les pieds comme une peau de banane!

    Disons que je n’ai rien dit... On peut regarder le film ensemble...

    C’est ça. On prend l’apéritif dehors, mais on rentre manger à la maison...

    Vous êtes aussi vicieuse que moi, Germaine... si pas plus!

    Vous viendrez quand vous voudrez, Jules. Quand le pain sera froid...

    C’est ça. À tout à l’heure...

El 9 avri 2022.

    Père Tampir, djè crois qu’v’allez co rire dè mi...

    Bondjou, Germaine. Ça n’fât rin, dj’îme co bin, là, mi!

    Oh bin oyi, dj’a sûs sûre! Mâs mi, ça n’mè fât m’ rire!

    Qu’est-ce què v’ez co fât, don?

    Djè m’â rafroumé das les cabinets à 7 heûres au matin, èt djè vins d’a soûrti i gn’è dîje minutes!

    C’est bin, ça. Djusse pou l’heûre dè l’apèro. V’avins eune sacrée dèclitchette, don?

    Rin d’tout ça, Jules, djusse què la cliche s’è démîtchi èt què l’tchu dè d’hoûrs è tchu su l’pavé, dè l’aute coté!

    Qui est-ce qui vous è monté ça ainla? Pou la place, ç’atout toudjous in fâmeux traû don c...

    Et pouquoi, don? On peut les monter autrèmat?


    Bin, on lâye toudjous pa d’das la pièce la clitche aveu l’tchu qui passe au travî d’l’huche, bin sûr. Ainla, dè d’das, on peut toudjous toûner l’bazar pou douvri l’huche
!

    C’est bin ainla qu’elle atout. Mâs dj’avous bî toûner èt toûner, ça n’m’artchout m’ èt dj’atous bel èt bin rafroumâye!

    Vès m’contez des aulûjes, là, Germaine! Pouquoi qu’ ça n’allout m’? Cè n’est wâ possibe!

    Bin pourtant siè, Jules, c’est ainla.

    Èt qu’est-ce què v’ez fât là-d’ das djusqu’à ç’t’heûre?

    Djè m’â rassu pou rèflètchi.

    V’ez co des côps d’l’idée...

    Djè m’dèsespèrous. Bacâyi? Pachoûne n’arout rin oï.

    Bon, bin dijez m’ coummat ç’què v’ez rèussi à soûrti... Mi pa la bawette, tout d’mîme?

    Bin sûr què non!

    Gn’arout qu’la tîte qu’arout passé...

    Èt si ç’avout atu vous, i gn’arout sûr què la bett’râve, aveu la grosse tîte què v’ez toudjous!

    1-1. Alôrs?

    Quoi, 1-1?

    Èn’ vès fayez m’ pus loûgne què v’n’atez... djè v’â eû èt vès m’ez eû in côp...

    Oyi, bon. In moumat, què djè m’prèparous à fonci das l’huche...

    Vès v’arins djusse fât maû...

    Èm-n œil s’est fixé su la clé das la serrure...

    Vès n’allez m’ èm’ dère...

    Djè n’sais quand ç’què dj’â fât ça, Jules mâs i gn’avout pachoûne d’aute dans l’cabinet... adon c’est sûr mi qu’è froumé à clé...

    Èt in côp r’laûtchîte, vès v’ez dit qu’coumme vès n’avins rin fât pou dîner, el Jules allout v’nûri...

    Ma foi...

    Djè va quîre l’apèro. Mâs avant, dj’â co n’pètite tchôse à fâre.

    Quoi?

    Djè m’va r’tèrer la clé dè m’cabinet!

Le 9 avril 2022.

    Père Tampir, je crois que vous allez encore rire de moi...

    Bonjour, Germaine. Ça ne fait rien, j’aime encore bien, moi!

    Oh ben oui, j’en suis sûre! Mais moi, ça ne me fait pas rire!

    Qu’est-ce que vous avez encore fait, donc?

  Je me suis renfermée dans les toilettes à 7 heures du matin, et je viens d’en sortir il y a dix minutes!

    C’est bien, ça. Juste pour l’heure de l’apéro. Vous deviez avoir une sacrée diarrhée...

    Rien de tout ça, Jules, juste que la poignée s’est démanchée et que la partie de l’extérieur est tombée sur le pavé, de l’autre côté!

    Qui est-ce qui vous a monté ça comme cela? Pour l’endroit, c’était en tout cas un fameux trou du c...

 Et pourquoi, donc? On peut les monter autrement?

    Ben, on laisse toujours à l’intérieur de la pièce la partie avec le morceau qui passe au travers de la porte, bien sûr. Ainsi, de l’intérieur on peut toujours tourner le mécanisme pour ouvrir la porte!

    C’est bien comme cela qu’elle était. Mais j’avais beau tourner et tourner, ça ne fonctionnait pas et j’étais bel et bien enfermée!

  Vous me contez des craques, là, Germaine! Pourquoi est-ce que ça n’allait pas? Ce n’est guère possible!

    Ben pourtant, si, Jules, c’est ainsi.

    Et qu’est-ce que vous avez fait là-dedans jusqu’à maintenant?

    Je me suis rassise pour réfléchir.

    Vous avez encore parfois de l’idée...

    Je me désespérais. Crier? Personne n’aurait rien entendu.

    Bon, ben dites-moi comment vous avez réussi à sortir... Pas par la fenêtre, tout de même?

    Bien sûr que non!

    Seule la tête serait passée...

    Et si ç’avait été vous, il n’y aurait sûrement que le nez, avec la grosse tête que vous avez toujours!

    1-1. Alors?

    Quoi, 1-1?

    Ne vous faites pas plus bête que vous n’êtes... je vous ai eue et vous m’avez eu une fois...

    Oui, bon. Un moment, alors que je me préparais à enfoncer la porte...

    Vous vous seriez tout juste fait mal...

    Mon œil s’est fixé sur la clé dans la serrure...

    Vous n’allez pas me dire...

    Je ne sais pas quand j’ai fait ça, Jules mais il n’y avait personne d’autre dans les toilettes... c’est donc assurément moi qui ai fermé à clé...

    Et une fois libérée, vous vous êtes dit que comme vous n’aviez rien fait pour dîner, le Jules allait vous restaurer...

    Ma foi...

    Je vais chercher l’apéro. Mais avant, j’ai encore une petite chose à faire.

    Quoi?

    Je vais retirer la clé de mes toilettes!

El 2 avri 2022.

    Alors, Tampir? On penrè l’apèro d’vant l’huche?

    Pour sûr, Germaine, on fârè l’èconomie des glaçons!

    Qu’est-ce qu’on è fât au bon dieu pou mèriter ça, don?

    Lâyez ç’ t’innocent-là tranquille, Germaine, i n’è djamâs étu capâbe dè rin d’bon su la tîrre!

    Nous v’là tout d’mîme en avri, aveu d’la dgealâye coumme en fèvrièr!

    Mâs i n’faut m’ tchartchi les caûses bin lon, Germaine! Tout ç’qui n’va m’ pou l’moumat, c’est la caûse don Covid ou d’ l’Ukraine. À croire què toute note èconomie atout fondâye su l’Ukraine ou su la Russie. Cèrèales, pètrole, gâz èt djè n’sais co d’tout quoi, tafât monte dè prix à cause dè ça!

    On r’vint co aveu ça, Jules, mâs les lobbys dècidant vraimat d’tafât! Les usines à pharmacie avant fât des milliards dè bènèfices su l’dos don covid. Pou fâre quoi aveu ces sous-là? A r’vûdi n’bounne blosse das les potches des politicards qui les wârdant grandes au lârdge pou qu’ça n’trelliche mi à coté!

    C’est co la mîme tchôse aveu l’pètrole èt l’gâz! On v’abatte les oreilles aveu les «pont d’dandgi d’manquer d’gâz, on è des provisions et in approvisionnemat garantis. Et on n’sè dgîne mi pour fâre grimper les prix.

    «Tafât èlectrique», qu’i bacâyant. I savant bin qu’les autos èlèctriques, c’est d’la merte à tous points d’vûe, mâs les lobbys fayant croire què c’est ç’qu’i faut pou tchessi la pollution des fossiles. Sauf què les All’mands avant r’mins des centrales à la houille en route pou z’avoir don courant prope, vart! Qué foutadge dè gueûle!

    Vès v’rapp’lez, das l’taps, on è bacâyi qu’i volout mieux l’diesel què l’essence, què ça polluout moins. Mâs coumme ç’atout meilleûr martchi, èt qu’les pètroleux n’vadint m’assez d’essence, on è prètadu l’contraire! Bènèfice? Pou les pètroleux!

    Bin oyi... Vès v’rapp’lez qu’on è fât supprimer les sacs en papi pou les coummerces, pasqu’ i follout abatte trop d’âbes. Follout rapli les potches des producteurs dè plastique, adon dès pètroleux. Pûs on è dit què l’plastique, ça n’atout m’ prope, èt on l’è fât r’tèrer pou r’mette don papi à la place. On arout trop d’âbes à ç’t’heûre? Djè n’vès d’mande pus dè d’quî ç’qu’on s’foute!

    P’t-ête qu’in djou dj’arans des politiques qu’arant das zou mentalité d’dèfade les citoyens?

    Ça m’ètounn’rout, là, ça! N’roubliez m’ à qué tarif qu’on päye ces dgens-là. Les index, ça loûs-y raplit les potches in pau d’pus’ qu’aux autes. Les augmentâtions d’prix, ça n’loûs-y fât rin, i n’voyant m’ la diffèrence. Alors, les p’tites dgens, i n’a-n avant rin à fâre. Et i n’a-n arant djamâs rin à fâre.

    Et coumme i gn’a-n è m’ inque pou rèl’ver l’aute, qu’on vôtiche d’in coté ou d’ l’aute, c’est coumme si on pètout conte les ramparts dè Montmédy pou les abatte!

    Ricard, mi. Ça m’fârè accroire què l’sèlo va r’vènu!

    Oyi, mâs lu, on sait bin qu’i r’venrè... Santé!

Le 2 avril 2022.

    Alors, Tampir? On prendra l’apéro dehors?

    Pour sûr, Germaine, on fera l’économie des glaçons!

    Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu pou mériter ça, don?

    Laissez cet innocent tranquille, Germaine, il n’a jamais été capable de rien de bon sur la terre!

    Nous voilà tout de même en avril, avec des gelées comme en février!

   Mais il ne faut pas chercher les causes bien loin, Germaine! Tout ce qui ne va pas pour le moment, c’est la faute au Covid ou à l’Ukraine. À croire que toute notre économie était fondée sur l’Ukraine ou sur la Russie. Céréales, pétrole, gaz et je ne te sais tout quoi, tous les prix montent à cause de ça!

    On revint encore avec ça, Jules, mais les lobbys décidant vraiment de tout! Les usines à pharmacie ont fait des milliards de bénéfices sur le dos du covid. Pour faire quoi avec cet argent-là? En reverser une bonne partie dans les poches des politicards qui les gardent grandes ouvertes pour que ça ne tombe pas à coté!

    C’est toujours la même chose avec le pétrole et le gaz! On vous rebat les oreilles avec les «pas de danger de manquer de gaz, on a des provisions et un approvisionnement garantis. Et on ne se gêne pas pour faire grimper les prix.

    «Tout électrique», crient-ils. Ils savent bien que les autos électriques, c’est de la foutaise à tous points de vue, mais les lobbys font croire que c’est ce qu’il faut pour chasser la pollution des fossiles. Sauf que les Allemands ont remis des centrales au charbon en route pour avoir du courant propre, vert! Comme on se paie notre tête!

    Vous vous rappelez, autrefois, on a prétendu qu’il valait mieux du diesel que de l’essence, que ça polluait moins. Mais comme c’était moins cher, et que les pétroliers ne vendaient pas assez d’essence, on a affirmé le contraire! Bénéfice? Pour les pétroliers!

    Ben oui... Vous vous rappelez qu’on a fait supprimer les sacs en papier dans les commerces, parce qu’ il fallait abatte trop d’arbres. Fallait remplir les poches des producteurs de plastique, donc des pétroliers. Puis on a dit que le plastique, ça n’était pas propre, et on l’a fait retirer pour remettre du papier à la place. On aurait trop d’arbres maintenant? Je ne vous demande plus de qui on se moque!

  Peut-être un jour aurons-nous des politiques qui auront dans leur mentalité de défendre les citoyens?

    Ça m’étonnerait, ça! N’oubliez pas à quel tarif on paie ces gens-là. Les index, ça leur remplit les poches in peu plus qu’aux autres. Les augmentations de prix, ça ne leur fait rien, ils ne voient pas la différence. Alors, les petites gens, ils n’en ont rien à cirer. Et ils n’en auront jamais rien à cirer.

    Et comme il n’y en a pas un pour relever l’autre, qu’on vote d’un côté ou de l’autre, c’est comme si on pétait conte les remparts de Montmédy pour les abattre!

    Ricard, moi. Ça me fera croire que le soleil va revenir!

 Oui, mais lui, on sait bien qu’il reviendra... Santé!

El 27 mârs 2022.

    Germaine, on va co r’fâre in barbacue, i nous r’proumettant des caberlâyes pou bintot.

    Bounne idée, Jules. Dj’â djustèmat r’netti l’mienne, on dèrout qu’on vint dè l’monter èt i n’rawâ qu’inque ou deux kilos d’houille dè bos.

    Vès m’ez l’air en forme, anû... Vès n’ez pus d’trâces dè vos ramujl’adges dè la s’mîne passâye...

    Non-net, ça va brâmat mieux! Djè vins d’passer tchûz l’Gaston, èt dj’â tout plî d’tchâ bin tenre pou mîdi.

    Djè s’râ toulà pou moins l’quârt, Germaine, aveu don Châblis pou l’atrée èt don  Nûti-St-Dgeordges pou l’principâl.

    Haye, merte, djè n’â m’ sondgi à in atrée...

    Pont d’souci, Germaîne, elle est d’jà quâsi prête.

    Mâs vès n’mè dèrez m’ bin sûr est-ç’ què c’est, noume?

    Djè sais bin qu’v’adorez les asperdges...

    Dj’allans nous règâler!

    V’ez vû passer l’camion pou l’Ukraîne?

    Oyi, dj’avous prèparé n’caîsse aveu in paû d’tafât qu’i avaint dit qu’i z’a-n avaint dujette.

    Das la mienne, dj’avous mins des djûx èt des doûceurs pou les afants. C’est zoux qu’arant l’pus d’maû passer oute dè tout ça...

    On avout cru qu’au 21e sièque, on n’voirout pus djamâs d’guîrre ainlà su note continent.

    I n’faut qu’in mîtant braque qui s’prend co pou in tsar pou foute la paix en l’air pa d’t’avau...

    Vès croyez qu’ça poûrrout pèter pus lon? Qu’ça poûrrout nous r’vènu su la margoulette?

    On n’a sait rin, Germaine. Mâs quand on voit les sous qu’tous nos pays r’mettant co das les armes èt les armées, i gn’arout rin d’drole. A moins qu’on n’troûv’rout in volontaire pou fâre sauter la tîte dè l’aradgi!

    Ça, i n’faût m’ y compter. La guîrre, coumme el resse, s’rout co bin das les mîs des lobbys. Quand c’est pou les sous, ces salop’ries-là n’a-n ant rin à fâre don malheûr des populâtions.

    C’est bin trisse. Fayans toudjous note barbacue, on n’sait combin d’taps qu’on poûrrait co z’a profîter.

Le 27 mars 2022.

    Germaine, on va refaire un barbecue, ils nous promettent des averses pour bientôt.

    Bonne idée, Jules. J’ai justement renettoyé le mien, on dirait qu’on vient de le monter et il n’attend qu’un ou deux kilos de charbon de bois.

 Vous m’avez l’air en forme, aujourd’hui... Vous n’avez plus de traces de vos chutes de la semaine dernière...

    Non, ça va beaucoup mieux! Je viens de passer chez le Gaston, et j’ai plein de viande bien tendre pour midi.

    Je serai là pour moins le quart, Germaine, avec du Chablis pour l’entrée et du  Nuits-St-Georges pour le principal.

    Ah, zut, je n’ai pas pensé à une entrée...

    Pas de problème, Germaine, elle est déjà quasi prête.

    Mais vous ne me direz évidemment pas ce que c’est, hein?

    Je sais bien que vous adorez les asperges...

    On va se régaler!

    Vous avez vu passer le camion pour l’Ukraine?

    Oui, j’avais préparé une caisse avec un peu de tout ce dont on avait dit qui manquait.

    Dans la mienne, j’ai mis des jeux et des friandises pour les enfants. C’est eux qui auront le plus de mal à surmonter tout ça...

    On avait cru qu’au 21e siècle, on ne verrait plus jamais de ces guerres sur notre continent.

    Il suffit d’un moitié fou qui se prend encore pour un tsar pour anéantir la paix partout...

    Vous croyez que ça pourrait péter plus loin? Que ça pourrait nous retomber sur la figure?

    On n’en sait rien, Germaine. Mais quand on voit les sous que tous nos pays remettent dans les armes et les armées, ce ne serait pas surprenant. A moins qu’on ne trouve un volontaire pour faire sauter la tête de l’enragé!

    Ça, il ne faut pas y compter. La guerre, comme le reste, est probablement dans les mains des lobbys. Quand c’est pour l’argent, ces saloperies-là n’en ont rien à faire, du malheur des populations.

    C’est bien triste. Faisons toujours notre barbecue, on ne sait combien de temps on pourra encore en profiter.

El 20 mârs 2022.

    Aaaah! Mère Grougn’resse, vès bronzez à vûe d’œil!

    Foutez-v’ co d’mi, Tampir, allez-y!

    V’atez arrandgîte, qu’est-ç’ què v’ez fât?

    Djè m’â ramuj’lé das les escayis d’la câve. Djè m’â ècrasé la margoulette su la martche don mîtan, don coté gaûtche, èt dj’â fât l’aute coté su la dârinte.

    Et v’ez maû, Germaine?

    Djè v’dèrous bin coumme l’aute : soûlmat quand djè rigole!

    Vès n’rîrez m’ sûr anû... maugré l’sèlo.

    El vat est co frisquet, Jules. In paû d’trop pou mîdgi d’vant l’huche.

    Nez-a, Germaine, djè fârâ les grillâdes, mâs on mîdg’rè au pèle.

    Djè va n-aller r’quîre...

    Nez-a èt assuez-v’. Il n’ manque rin pou note dîner. Vè n’ez m’ maû l’bras, djusse au d’sus don coude?

    Coummat ç’què v’savez ça?

    Djè m’dis qu’la tatche bin noire qu’on voit su vote mîtchette s’rout co bin don sang...

    Vès v’lez bin y rwâti?

    On coummace pa n’jatte dè bon cafè?

    Oyi, Jules, s’i vous plât bin.

    In suc, noume?

    Oyi...

    I va falloir dèsinfecter, la pèlette è bin râyîte.

    V’arriv’rez à la remette à sa place?

    Djè va penre la pince à èpiler...

...

    Vès n’ez m’ brontchi, Germaine, pourtant, ça è dû fâre maû...

    Dj’â des lârmes plî la margoulette, Jules, mâs djè crois qu’v’ez bin fât ça.

    Dj’â des p’tites cot’lettes d’agnî, don pouchî mariné èt don bu... Qu’est-ce què v’îmez mieux?

    Haye, pou in côp, on va passer l’bu, on fârè bin aveu l’resse. Mâs djè m’dèmande si dj’sarâ m’rèlver don fautu pou n’aller à la taûle...

    Dj’allans arrandgi ça, Germaine. Si vès n’allez m’ à la taûle, c’est la taûle qui venrè djusquè près d’vous! Porto?

    Ricard, va, putot, aveu l’sèlo. Faut lî montrer qu’on è bin comprins qu’il atout toulà...

    A vos douleûrs, pou qu’elle a-n allinchent!

Le 20 mars 2022.

    Aaaah! Mère Grougn’resse, vous bronzez à vue d’œil!

    Foutez-vous encore de moi, Tampir, allez-y!

  Vous êtes arrangée, qu’est-ce que vous avez fait?

    Je suis tombée dans les escaliers de la cave. Je me suis écrasé la figure sur la marche du milieu, du côté gauche, et j’ai fait l’autre côté sur la dernière.

    Et vous avez mal, Germaine?

  Je vous dirais bien comme l’autre : seulement quand je ris!

    Vous ne rirez sûr pas beaucoup aujourd’hui... malgré le soleil.

    Le vent est encore frisquet, Jules. Un peu trop pou manger dehors.

    Venez, Germaine, je ferai les grillades, mais on mangera au pèle.

    Je vais aller rechercher...

    Venez et asseyez-vous. Il ne manque rien pour notre dîner. Vous n’avez pas mal au bras, juste au-dessus du coude?

    Comment vous savez ça?

    Je me dis que la tache bien noire qu’on voit sur votre manchette serait bien du sang...

    Vous voulez bien y regarder?

    On commence par une tasse de bon café?

    Oui, Jules, s’il vous plait bien.

    Un sucre?

    Oui...

    Il va falloir désinfecter, la peau est bien arrachée.

    Vous saurez la remettre à sa place?

    Je vais prendre la pince à épiler...

...

    Vous n’avez pas bronché, Germaine, pourtant, ça a dû faire mal...

    J’ai des larmes plein les joues, Jules, mais je crois que vous avez bien fait ça.

    J’ai des petites côtes d’agneau, du porc mariné et du bœuf... Qu’est-ce que vous préférez?

    Allons, pour une fois, on va passer le bœuf, on fera bien avec le reste. Mais je me demande si je saurai me relever du fauteuil pour aller à table...

    On va arranger ça, Germaine. Si vous n’allez pas à la table, c’est la table qui viendra jusqu’ à vous! Porto?

    Ricard, va, plutôt, avec le soleil. Faut lui montrer qu’on a bien compris qu’il était là...

    À vos douleurs, pour qu’elles s’en aillent!

El 13 mârs 2022.


    Bondjou, Père Tampir

    Bondjou, Germaine.

    V’ez l’air mou drole, anû.

    I gn’è d’quoi, Germaine. El gaumais, note patois, s’fât mèpriji d’la pus belle des manières.

    Vès v’lez rigoler?

    Les Langues endogènes dè la Coummunauté française avant r’fuseé d’âdi à l’èdition d’in live don Daniel Hubert pasquè ça n’atout m’ ècri en Feller.

    Bin, gn’è pachoûne en Gaume qu’è djamâs ècri ainlà!

    Non.net. C’est d’la discriminâtion, c’est arbitraire. On mèprije les particulârités. Et vès savez qu’l’èditeûr vèlout mette su l’Net les ouvradges dè l’Albert Yande aveu les lectures dè l’auteûr...

    I-l è coummaci...

    I- è arrèté. In houmme qui s’dit gaumais avout rèècri les textes de l’Albert Yande en Feller. I-l a fât sa proprièté èt interdit qu’on publiiche aute tchôse que ses rèècriteures. Aveu l’appui don conservateûr don Musée Gaumais (qui s’catche padrî l’obligâtion qu’lî fât la Socièté d’Langue èt d’littèrature wallounnes dè n’publîr don gaumais qu’en Feller, socièté qui lîe-mîme, à l’unanimité, vint d’fâre savoir qu’elle s’oppôsout au projet pou «Botré d’rutlins». En fait, i cratchant su la graphie gaumaise (confirmée pa bin des auteurs et pa l’dico don Georges) a bacâyant qu’on cratch’rout su n’graphie qui vint d’Hoûte s’i plout, la zolle.

    Qu’est-ce què ces dgens-là counn’chant au gaumais?

    Rin, Germaine. Rin dû tout. C’est djusse dè la confiscâtion d’patrimoine. Alors anû, djè v’baille in texe don Georges Bouillon, mins en gaumais pau Jean-Luc Geoffroy, èt mins en musique (en français) pau Jean-Claude Wâtrin. Vès poûrrez sûr l’oï bintot touci...

        El gaumais n’sè lâyrè m’ fracassi pa des ètrandgis!

 

Djè sûs Gaumais

 

Ça fât qu’ i faûrout toudjous s’târe

Bachi la tîte dèvant les gros!

Djè n’sûs m’ esclâve ni co manant

Èt djè s’râ toudjous mâte tchûz mi!

Dj’n’â wâ d’ardgent èt co moins d’our

Mâs tout plî d’gueûle, mon Djeu, merci!

Djè caus’râ à qui ç’qui m’plârè

Qu’est-ce què v’vèlez, djè sûs gaumais!

 

        Boulant, câgnou, èt insoç’naûle,

        Toudjous grougnâ, coumme vès dijez!

        Mâs djè n’dèrâ djmâs pont d’mentes

        Sur ni a causant ni a sondgeant,

        Djè breûle «Arrête!» aux grimanciens

        Èt «À v’là marre!» aux malins mâtes,

        Dj’ bacây’râ toudjous ç’qui m’plârè

        Qu’es-ce què v’vèlez, djè sûs gaumais!

 

À vous, pèteux, qu’ant les pîds plats,

Qui n’ramadgez qu’pou fâre don vat,

Oyi, djè l’ dis en bon gaumais,

Sas m’actchi èt co sas m’dgîner,

Coumme on fât l’long d’la Vire, don Ton

«Troîs côps merte èt pûs mîdgez-la!»

Djè l’rèdèrâ tant qu’ça m’plârè!

Qu’es-ce què v’vèlez, djè sûs gaumais!

 

Envoi

 

Wâtez tourtous dè l’bin v’rapp’ler :

Gn’è qu’à Vîrton qu’on est si vrâ!

Adon dj’caûs’râ coumme i m’plârè!

Qu’es-ce què v’vèlez, djè sûs gaumais!

Le 13 mars 2022.

    Bonjour, Père Tampir.

    Bonjour, Germaine.

    Vous avez l’air bien bizarre, aujourd’hui.

    Il y a de quoi, Germaine. Le gaumais, notre patois, se fait déjeter de la plus belle des manières.

    Vous voulez rire?

    Les Langues endogènes de la Communauté française ont refusé d’aider à l’édition d’un livre de Daniel Hubert parce que ça n’est pas écrit en Feller.

    Ben, personne en Gaume n’a jamais écrit de cette manière-là!

    Non. C’est de la discrimination, c’est arbitraire. On méprise les particularités. Et vous savez que l’éditeur voulait mettre sur le Net les ouvrages de l’Albert Yande avec les lectures par l’auteur...

    Il a commencé...

    Il a arrêté. Un homme qui se dit gaumais avait réécrit les textes d’Albert Yande en Feller. Il en fait, de ces textes, sa propriété et interdit qu’on publie autre chose que ses réécritures. Avec l’appui du conservateur du Musée Gaumais (qui se retranche derrière l’obligation que lui fait la Société de Langue et de Littérature wallonnes de ne publier le gaumais qu’en Feller, société qui elle-même, à l’unanimité, vient de faire savoir qu’elle s’opposait au projet pour les «Botrés d’rut’lins. En fait, ils crachent sur la graphie gaumaise (confirmée par bien des auteurs et par le dico de Georges Themelin) en criant qu’on cracherait sur une graphie qui vient d’Hoûte s’i plout, la leur.

    Qu’est-ce que ces gens-là connaissent au gaumais?

    Rien, Germaine. Rien du tout. C’est juste de la confiscation de patrimoine. Alors aujourd’hui, je vous donne un texte de Georges Bouillon, mis en gaumais par Jean-Luc Geoffroy, et mis en musique (en français) par Jean-Claude Watrin. Vous pourrez sans doute l’entendre ici bientôt...

        Le gaumais ne se laissera pas démolir par des étrangers!

       
Je suis Gaumais

 

        Ainsi toujours faudrait se taire,    

        Devant puissants toujours trembler!...

        Vassal ne puis, manant ne suis-je.

        Né libre et seigneur de nos bois,

        Peu d'argent ai-je et bien moins d'or,

        Mais grande gueule, à Dieu merci!

        Je veux parler à qui me plaît!

        Que voulez-vous! – Je suis Gaumais!

 

            Bouillant, rebelle, insociable,

            Mauvais coucheur, chantez-vous... Soit!

            Mais ami du vrai, aussi franc

            Sur les lèvres que dans le coeur,

            Aux tartufes je crie : «Assez!»

            Et aux petits tyrans : «Holà!»

            J'aime à crier ce qu'il me plaît!

            Que voulez-vous! – Je suis Gaumais!

 

        À vous les fats, pauvres pieds plats,

        Messieurs les rois du bla-bla-bla,

        Oui, je le dis en bon français,

        Sans feinte et sans la moindre gêne,

        Tel qu'on fait entre Vire et Ton :

        «Merde trois fois et mangez-la!»

        Je redis ça quand il me plaît!

        Que voulez-vous! – Je suis Gaumais!

 

                Envoi

 

        Que toutes gens sachent ceci :

        Qu'il n'est vrai bec que Virtonnais!

        Je parle donc comme il me plaît!

        Que voulez-vous! – Je suis Gaumais!

 

                Hymnes et ballades, L'Audiothèq

El 6 mârs 2022.

    Bondjou, mère Grougn’resse.

    Bondjou, Tampir.

    Vès savez bin qué différence qu’i gn’è atère el droit tchûz nous èt l’droit internationâl?

    V’allez bin sûr mè l’dère...

    Si djè v’foute in côp d’pougne su la margoulette, on va m’condâmner, èt djè doûrâ v’payi des doummadges, èt co sûr in amende.

    Bin, ça n’s’rout qu’djustice.

    Djè n’vès l’fâs m’ dère. Èt si djè v’foute in côp d’lame ou deux, dj’arâ les mènottes èt on m’mettrè à la gayole.

    Vès n’l’arins m’ volé!

    Et si djè v’dècôpe a bouqueets, djè sûs bon pou perpette.

    Djè troûve ça normal, savez-v’, mi!

    Mi ètou, Germaine, mi ètou. En internationâl, quand in macaque aveu in p’tit poiche das la tîte ès’ mette à massacrer tout plî d’ dgens, dèmolit des villes a dijant qu’i n’tape què su des cîbes militaires, bin on rwate à dijant «qué malheur». L’ONU, ène mascarade qui doûrout wârder la paix das l’monde, èn’ veut rin fâre. I gn’è m’ in pays qu’arè les affaires où ç’qu’i faut pour aller dère à l’imbècile qu’i-l est taps d’arrêter, l’OTAN prètade què ça nè l’rèwâte mi (a s’bâsant su l’«droit» internationâl). Et l’pus bî das tout ça, c’est qu’i n’avant qu’in mot à la gueûle : solidarité.

    Das qué monde què dj’viquans, don?

    I gn’è mîme in grand djudge don tribunâl internationâl qu’è avanci qu’i-l atout compètant pou estimer qu’l’aute salopârd (qui bacâye què les Ukrainiens sant des nouvîs nazis quand lu-mîme fât aussi pîre què l’Hitler) fayout des crimes dè guîrre. Mâs i faut d’aboûrd el lâyi fâre, sinon, pont d’procès... su l’dos tous les çounes qu’arant mouri.

    C’est mou bin ça. On rwâte, on marque èç’ què l’aute fât, èt on bacâye. Das l’droit internationâle, on n’è m’ ècrit la «non-assistance à personne en danger». On breûle «salop», «assassin» et on n’fât rin.

    On n’ sarout rin fâre, pusquè c’est ç’t’abruti-là qui moûne la danse au Conseil dè sécurité, co n’grosse flatte qui n’sîrve à rin.

    Et qu’on päye à prix d’our, coumme la pus grande qu’on hutche ONU.

    Dj’atans bin das in monde dè pûrris, Germaine, où ç’què les intèrêts des grosses panses à sous valant mieux qu’la vie dès brâves dgens. Et tous les politiques, tourtous autant qu’i sant, mettant la tîte das l’sâbe.

    Djè m’imadgine la scîne, èt djè m’dis qu’on doûrout z’a profîter pou loûs-y botter l’cul!

Le 06 mars 2022.

    Bonjour, mère Grougn’resse.

    Bonjour, Tampir.

    Vous savez bien quelle différence il y a entre le droit chez nous et le droit international?

    Vous allez sans doute me le dire...

    Si je vous fiche un coup de poing sur la figure, on va me condamner, et je devrai vous payer des dommages, et encore à coup sûr payer une amende.

    Ben, ça ne serait que justice.

    Je ne vous le fais pas dire. Et si je vous donne un ou deux coups de couteau, j’aurai les menottes et on me mettra en prison.

    Vous ne l’auriez pas volé!

    Et si je vous découpe en morceaux, je suis bon pour la perpette.

    Je trouve ça normal, vous savez, moi!

    Moi aussi, Germaine, moi aussi. En international, quand un macaque avec un petit pois dans la tête se met à massacrer plein de gens, démolit des villes en disant qu’il ne tape que sur des objectifs militaires, ben on regarde en disant «quel malheur». L’ONU, une mascarade qui devrait veiller au maintien de la paix dans le monde, ne veut rien faire. Il n’y a pas un pays qui aura ce qu’il faut où il faut pour aller dire à l’imbécile qu’il est temps d’arrêter, l’OTAN prétend que ça ne le regarde pas (en se basant sur le «droit» international). Et le plus beau, dans tout ça, c’est qu’ils n’ont qu’un mot à la gueule : solidarité.

    Dans quel monde vivons-nous, donc?

    Il y a même un grand juge du tribunal international qui a avancé qu’il était compétent pour estimer que l’autre salopard (qui crie que les Ukrainiens sont des néo-nazis quand lui-même fait aussi pire qu’Hitler) faisait des crimes de guerre. Mais il faut d’abord le laisser faire, sinon, pas de procès... sur le dos de tous les ceux qui seront morts.

    C’est vraiment ça. On regarde, on écrit ce que l’autre fait, et on hurle. Dans le droit international, on n’a pas écrit la «non-assistance à personne en danger». On hurle «salaud», «assassin» et on ne fait rien.

    On ne saurait rien faire, puisque c’est cet abruti-là qui mène la danse au Conseil de sécurité, encore une grosse flatte qui ne sert à rien.

    Et qu’on paie à prix d’or, comme la plus grande qu’on appelle ONU.

    Nous sommes bien dans un monde de pourris, Germaine, où les intérêts des grosses panses à à pognon valent mieux que la vie des braves gens. Et tous les politiques, tous autant qu’ils sont, mettent la tête dans le sable.

    J’imagine la scène, et je me dis qu’on devrait en profiter pour leur botter le cul!

El 27 févrî 2022.

    Mère Grougn’resse, djè v’dis bin l’bondjou!

    Père Tampir, el sèlo v’tape dédjà su l’caillou!

    Ah, bin, a v’là co d’eune! Djè v’dis bondjou, èt vous, vès dijez n’misîre!

    Bondjou, Tampir! Coummat ç’qu’allez-v’bin?

    C’est co nouvî, ène dijâye ainla?

    Bah, c’est n’manière coumme in aute dè vès l’dèmander, noume?

    Si v’vèlez, ma foi! Bin alors, djè va bin bin.

    Bin bin? Ç’què ça veut dère, ça?

    Ooooh! V’atez co pîre anû qu’les autes djous, ma parole! Vès m’dèmandez coummat ç’què dj’va bin èt djè v’dis bin. Adon, djè va bin bin...

    Si v’atez ainla toute la djournâye, dj’arâ maû la tîte avant mîdi!

    Aha. Les autes côps, c’est après l’troîsîme apèro, qu’i-l est djà bin mîdi èt d’mie, què v’ez la tîte qui s’trèmeule les tripes...

    Djè n’â djamâs vû n’si mauvaise gueûle què la vote!

    Et vès savez ç’qu’elle vès dit?

    Hâye, là... Arrêtans-nous, Jules. In si bî dîmatche, on n’va m’ el foute en l’air, tout d’mîme...

    V’ez prèparé l’pani pou l’pique-nique?

    Oyi, i n’y manque pus grand tchôse. Mâs, maugré l’sèlo, on n’arè m’ tchaud la couenne!!!

    On s’fârè in p’tit fû, Germaine, èt pûs i gn’è tout plî d’manières dè s’ratchauffi!

    Oyi, djè v’vois v’nu!...

    On mettrè don Bourgueil das l’pani, i s’boit co bin in paû frais...

    Vès n’savez soûl’mat ç’què dj’â mins pou mîdgi!

    V’ez quate pètits bouquets d’pâté d’tchâ, d’la salâde dè crombîres, d’la salâde dè djambon, èt des tout p’tits pistolets qu’v’ez fât au matin.

    Coummat ç’ què v’savez ça, Jules? V’ez v’nu rwâti pa ma f’nîte en doûce?

    Bin nenni, hein, Germaine! C’est ç’què v’avins fât l’dârin côp!

    V’atez sûr dè ça? Djè... Oyi, probâbe què v’ez râjon... Vès v’lez aute tchôse?

    Wâye non.net, hein, Germaine, djè m’a mettrâ plî la basâne aveu plâji!

    Mâs, djè compte bin mette aute tchôse aveu...

    Don cafè, Germaine, don cafè, c’est ç’qu’i gn’avout aveu l’dârin côp.

    Sûr què l’Aloïs èn’ vès ratchitchîme el cerveau, vous, nom des djos!

    Ça fât au moins 50% d’chappé das nous deux...

    Si i n’vè l’ratchitchîme, c’est à cause qu’i nè l’trouve mi!

    Et tchûz vous, i n’è m’eû brâmat d’ouvradge pour fâre dècanîr vos deux-troîs neurônes...

    Ç’ qu’on fât, on continue d’s’agûyi, ou on s’prèpare pour n’aller au bos?

    I s’rè co taps d’dècider quand djè s’rans l’long don ruchî...

    Vès n’a-n ez m’ ène bounne à la camisole. Djè m’va mette el cafè en route. Djè v’rawâ das n’dèmi-heûre pou z’a-n aller.

    Ça m’va. Dj’amoûn’râ c’què v’ez roubli. Djè sûs mîme esbaûbi què v’ n’y avez m’ co sondgi ç’côp-ci!

    Dè quoi, don?

    L’apèro, Germaine, l’apèro!!!

Le 20 février 2022.

    Mère Grougn’resse, je vous dis bien le bonjour!

Père Tampir, le soleil vous tape déjà sur le caillou!

    Ah, ben, en voilà encore une! Je vous dis bonjour, et vous, vous me dites une misère!

    Bonjour, Tampir! Comment allez-vous bien?

    C’est nouveau, une expression pareille?

    Bah, c’est une manière comme une autre de vous le demander, non?

Si vous voulez, ma foi! Ben alors, je vais bien bien.

    Bien bien? Qu’est-ce que ça veut dire, ça?

    Ooooh! Vous êtes encore pire aujourd’hui que les autres jours, ma parole! Vous me demandez comment je vais bien et je vous dis bien. Donc, je vais bien bien...

    Si vous êtes comme cela toute la journée, j’aurai mal au crâne avant midi!

    Aha. Les autres fois, c’est après le troisième apéro, qu’il est déjà bien midi et demi, que vous avez la tête qui se mélange les boyaux...

    Je n’ai jamais vu une aussi mauvaise gueule que la vôtre!

    Et vous savez ce qu’elle vous dit?

    Allez, c’est bon... Arrêtons-nous, Jules. Un si beau dimanche, on ne va pas le gâcher, quand même...

    Vous avez préparé le panier pour le pique-nique?

    Oui, il n’y manque plus grand chose. Mais, malgré le soleil, on n’aura pas chaud la camisole!!!

    On se fera in petit feu, Germaine, et puis il y a tout de même beaucoup dx d’manières de se réchauffer!

    Oui, je vous vois venir!...

    On mettra du bourgueil dans le panier, il se boit bien un peu frais...

    Vous ne savez même pas ce que j’ai mis pour manger!

    Vous avez quatre petits morceaux de pâté de viande, de la salade de pommes de terre, de la salade de jambon, et des tout petits pistolets que vous avez faits ce matin.

    Comment savez-vous ça, Jules? Vous êtes venu regarder par ma fenêtre en catimini?

    Ben non, hein, Germaine! C’est ce que vous aviez fait la dernière fois!

    Vosu en êtes sûr? Je... Oui, vous avez sans doute raison... Vous voulez autre chose?

    Ben non, allez, Germaine, je m’en mettrai plein derrière la cravate avec plaisir!

    Mais, je compte bien mette autre chose avec...

    Du café, Germaine, du café, c’est ce qu’il y avait avec la dernière fois.

    L’Aloïs ne vous rabougrit pas le cerveau, vous, nom des djos!

    Ça fait au moins 50% de nous deux qui y échappe...

    Sil ne vous le rabougrit pas, c’est parce qu’il ne le trouve pas!

    Et chez vous, il n’a pas eu grand ouvrage pour mettre vos deux ou trois neurones en déroute...

    Qu’est-ce qu’on fait, on continue de s’invectiver, ou on se prépare pour aller au bois?

    Il sera toujours temps de décider quand nous serons près du ruisseau...

    Vous n’en avez pas une bonne dans l’âme. Je vais mettre le café en route. Je vous attends dans une demi-heure pour partir.

    Ça me va. J’apporterai ce que vous avez oublié. Je suis même ébahi que vous n’y ayez pas pensé une fois de plus!

    Quoi, donc?

    L’apéro, Germaine, l’apéro!!!

El 20 févrî 2022.

    Bondjou, Tampir.

    Mère Grougn’resse! Bin, v’atez à l’avance pou l’apèro!

    Fayez-m’ passer pou n’saûlâye, el taps qu’v’y atez! Cè n’est m’ pou ça què dj’vins.

    V’ez co n’fuite à vote djoque, vûdi vote citerne sas v’a rade compte, broyi in ampoule?

    Non.net, Tampir, c’est m’four qu’è radu l’âme. Et dj’â deux pâtés d’tchâ èt n’terrine à cûre...

    Aâââh... mâs vès savez bin qu’tout ç’qui cût das m’four, c’est mi qui l’mîdge, èt vès voûrins qu’on fayiche ène esqueption pou anû...

    In exception, Jules, in exception. Dè toute manière, v’arez vote pârt, mîme si djè dous n’aller cûre aute part...

    Nez-a, Germaine, èn’ lâyez m’ la pâte penre in côp d’froid!

    V’atez bin dgentil, Jules.

    V’ez d’la visite dèmî ou après?

    Tout djusse. Djè n’vèlous m’ a causer, mâs à ç’t’heûre...

    In parat? Des vîs copains?

    V’atez bin curieux, Tampir. Cè n’est m’ paç’què vès m’prêtez vote four què dj’sûs oblidgîte dè v’raconter ma vie, èm’ n-intimité!

    C’est bon, Germaine, djè n’veux rin savoir. Vès counn’chez bin la cujine, djè v’lâye fâre!

    Où ç’què v’allez?

    V’atez bin curieûse...

    Bin fât d’mè l’dère, Jules! Allez v’ z’a, djè m’dèbroûill’râ bin...

 

...

 

    Ah! Vès r’vèla... Wâye, qu’est-ç’ què v’avez das vote cabas, ça è l’air mou loûrd!

    Tout plî d’satches dè graines dè curieûx, Germaine...

    Hâye, ça m’est co bon!

    Vos pâtés sant cûts?

    Djè vins d’les sorti, vès nè l’nodez m’?

    On n’sarout s’y tromper, Germaine. I gn’è qu’vous pou les fâre ainlà, on node vote assaisonn’mat dèdpûs l’bache dè la ruâye. Quand ç’què v’ez vos invités?

    Mârdi, Jules. Enfin, si...

    Bin, si v’n’atez m’ sûre, pouquoi ç’què v’ez fât coumme si?

    Dijez m’ èç què v’ez d’si pèsant das vote cabas èt djè vès l’dèra!

    Germaine, dj’atans deux varas d’andouilles, noume? On n’è rin à s’catchi, èt on fât crance, rin qu’pou fâre bisquer l’aute! Dj’â ramoûné à dîner pou nous deux. Et n’boutèle dè roudge vin. Pusquè v’ez soûrti vos pâtés, djè va m’mette à la cujine.

    Allans-y à deux, Jules, ça s’rè pus âji. Mi, djè n’sais co si dj’arâ bin d’la visite mârdi paç’què djè n’v’â m’co d’mandé si v’atins d’accoûrd pou v’nu souper aveu mi...

    Djè va z’y rèflèchi, Germaine. Djè v’dèrâ quoi mârdi au matin.

    Vès n’atez qu’in lâd niche vara d’puant bouc, Jules, mâs dj’â bin comprins què v’dijins oyi. Mi, c’est in ricard, èt pûs dj’nous mettrans aux cass’roles!

    Vès n’atez qu’ène pûrite bîte, in afardèladge d’arantoiles, Germaine, mâs djè va m’y mette aveu vous. Santé!

Le 20 février 2022.

    Bonjour, Tampir.

    Mère Grougn’resse! Ben, vous êtes à l’avance pour l’apéro!

    Faites-moi passer pour une ivrogne, tant que vous y êtes! Ce n’est pas pour ça que je viens.

Vous avez encore une fuite à votre W-C, vidé votre citerne sans vous en apercevoir, cassé une ampoule?

   Non, Tampir, c’est mon four qui a rendu l’âme. Et j’ai deux pâtés de viande et une terrine à cuire...

 Aâââh... mais vous savez bien que tout ce qui cuit dans mon four, c’est moi qui le mange, et vous voudriez qu’on fasse une esqueption pour aujourd’hui…

    Une exception, Jules, une exception. De toute manière, vous aurez votre part, même si je dois aller cuire ailleurs...

    Venez, Germaine, ne laissez pas la pâte prendre un coup de froid!

    Vous êtes bien gentil, Jules.

    Vous avez de la visite demain ou après?

    Tout juste. Je ne voulais pas en parler, mais maintenant...

    Un parent? Des vieux copains?

    Vous êtes bien curieux, Tampir. Ce n’est pas parce que vous me prêtez votre four que je suis forcée de vous raconter ma vie privée!

    C’est bon, Germaine, je ne veux rien savoir. Vous connaissez bien la cuisine, je vous laisse faire!

    Vous allez où?

    Vous êtes bien curieuse...

    Bien fait de me le dire, Jules! Allez-vous-en, je me débrouillerai bien...

 
...

    Ah! Vous revoilà... Ben, qu’est-ce que vous avez dans votre cabas, ça semble bien lourd!

    Plein de sachets de graines de curieux, Germaine...

    Et allez, c’est encore bien fait pour moi!

    Vos pâtés sont cuits?

    Je viens de les sortir, vous ne le sentez pas?

    On ne saurait s’y tromper, Germaine. Vous êtes la seule à les faire ainsi, on sent votre assaisonnement depuis le bas de la rue. Quand est-ce que vous avez vos invités?

    Mardi, Jules. Enfin, si...

    Ben, si vous n’êtes pas sûre, pourquoi faites-vous comme si?

    Dites-moi ce que vous avez de si lourd dans votre cabas et je vous le dirai!

    Germaine, on est deux sacrées andouilles, non? On n’a rien à se cacher, et on fait semblant, rien que pou faire bisquer l’autre! J’ai rapporté à dîner pour nous deux. Et une bouteille de vin rouge. Puisque vos pâtés sont sortis, je vais me mettre à la cuisine.

    Allons-y à deux, Jules, ça sera plus facile. Moi, je ne sais pas encore si j’aurai bien de la visite mardi parce que je ne vous ai pas encore demandé si vous étiez d’accord pour venir souper avec moi...

    Je vais y réfléchir, Germaine. Je vous dirai quoi mardi matin.

    Vous n’êtes qu’un sale type de bouc puant, Jules, mais j’ai bien compris que vous disiez oui. Moi, c’est un Ricard, et puis nous nous mettrons aux casseroles!

    Vous n’êtes qu’une pourrie bête, un enchevêtrement de toiles d’araignées, Germaine, mais je vais m’y mettre avec vous. Santé!

El 13 févrî 2022.

    Bondjou, Tampir

    Bondjou, la mère! V’ez djà mins vos godillots!

    Ah, bin sûr! Après l’dîner, dj’a verâ martchi djusqu’au bos!

    V’allez bin n’ôsu y n’aller toute seûle?

    Bin, bin sûr, allez!

    Et si vès v’pîrdins, si on v’attaquout?

    Em’ pîrde? Vès m’pernez co pou n’ mîtant dèbile? Em’ fâre attaquer? Djè n’â djamâs pont d’sous aveu mi!

    Bin, des côps qu’on v’attaqu’rout pou v’fâre subi les dârins outradges...

    V’essayez dè v’rattraper aveu in complîmat, ou vès v’foutez co d’ma poire?

    Hâye, a v’là assez, on n’va m’ co s’dègugni pou rin! Djè vèrâ aveu vous, c’est tout.

    Ha, bin c’est soûlmat qu’j’arâ n’belle troûille dè m’fâre... outradgi!

    V’y allez vitîse ainlà?

    Djè sûs coumme prête!

    Alors, vès n’ez m’ dujette dè trabler, el taps qu’j’aviche fât dè v’dèviti, el sèlo s’rout trop bache èt djè n’a poûrrous pus non pus!

    Aha! Fégnant, aveu ça!

    Hâye, là, nè m’mettez m’ au dèfi!

    Què ç’què v’mîdgez, pou dîner, Tampir?

    Anû, dj’â fât des tortellinis.

    Vès les pernez au Sarma ou au Courthèoux?

    Vès r’târdez d’eune guîrre, là, Germaine. Mi, djè les fâs mi-mîme. Dj’ â fât la pâte èchoi à la nût et dj’â fât les tortellinis au matin.

    Pansârd coumme v’atez, vès n-n’ ez fât qu’jusse pou inque!

    Mauvaise gueûle coumme v’atez, vès mèritrins qu’djè v’dijique què c’est bin ça!

    Qu’est-ce què v’mettez d’das?

    Djè n-n’â fât aveu don foie grâs, des autes aveu n’mixture dè blanc djambon, èpinârds èt ricotta.

    Bin djè l’rèdis co in côp : pansârd!

    C’est mi l’pansârd, mâs vès bavez plî vote caraco a causant!

    Vès m’vèlez bin à vote taûle anû, noume, èm’ pètit Jules!

    V’atez sûre què v’sarez co martchi a z’a rallant?

    Bah... tant qu’on peut s’dèpensi...

    Apèro à 11 heûres èt d’mie. Dîner à mîdi, dessert, cafè, pousse-cafè èt n’pètite siesse.

    Et faut päyi pou ratrer?

    On päye après l’poûsse-cafè.

    Vès n’ratez m’ in occâsion!

    Et a causant d’occâsion, v’a-n atez n’fâmeûse!

    Ah, mille djeux lâd mujî!

Le 13 février 2022.

    Bonjour, Tampir.

   Bonjour, donc, la mère! Vous avez déjà mis vos bottines!

  Ah, bien sûr! Après le dîner, j’irai marcher jusqu’au bois!

    Vous allez bien oser y aller toute seule?

    Bien, bien sûr, allez!

    Et si vous vous perdiez, si on vous attaquait?

    Me perdre? Vous me prenez encore pour une demi-débile? Me faire attaquer? Je n’ai jamais d’argent sur moi!

    Ben, des fois qu’on vous attaquerait pour vous faire subir les derniers outrages...

Vous essayez de vous rattraper avec un com- pliment, ou vous vous foutez encore de ma poire?

    Allons, en voilà assez, on ne va pas encore se chamailler pour rien! J’irai avec vous, c’est tout.

    Ha, ben c’est seulement que j’aurai une sacrée peur de me faire... outrager!

    Vous y allez habillée comme cela?

    Je suis quasi prête!

    Alors, vous n’avez pas besoin de trembler, le temps que j’aie fini de vous déshabiller, le soleil serait trop bas et je n’en pourrais plus non plus!

    Aha! Fainéant, par-dessus le marché!

    Allez, là, ne me mettez pas au défi!

 Qu’est-ce que vous mangez, pour dîner, Tampir?

    Aujourd’hui, j’ai fait des tortellinis.

    Vous les achetez au Sarma ou au Courthéoux?

    Vous retardez d’une guerre, Germaine. Moi, je les fais moi-même. J’ai fait la pâte hier soir et j’ai fait les tortellinis ce matin.

    Goulu comme vous l’êtes, vous n’en avez fait que pour une personne!

    Mauvaise langue comme vous l’êtes, vous mériteriez que je confirme!

    Qu’est-ce que vous mettez dedans?

    J’en ai fait avec du foie gras, des autres avec une mixture de jambon blanc, d’épinards et de ricotta.

    Ben je le répète encore : goulu!

    C’est moi le gourmand, mais vous bavez plein votre corsage en parlant!

    Vous me voulez bine à vote table aujourd’hui, n’est-ce pas, mon  petit Jules!

    Vous êtes sûre que vous saurez encore marcher en retournant?

    Bah... tant qu’on peut se dépenser...

    Apéro à 11 heures et demie. Dîner à midi, dessert, café, pousse-café et une petite sieste.

    Et l’entrée est payante?

    On paye après le pousse-café.

    Vous ne ratez pas une occasion!

 Et en parlant d’occasion, vous en êtes une fameuse!

    Ah, bon sang d’laid mufle!

El 6 févrî 2022.

    Mère Grougn’resse, djè v’la souhâte bounne èt heûreûse!

    V’ez d’jà étu à la boutèle, Tampir? La nûve annâye, ç’atout gn’è pus’ qu’in mois!

    Vès savez bin qu’djè n’bois djamâs avant l’preumî verre, Germaine!

    C’est ça... Èt l’preumî, vès l’pernez quand?

    Toudjous avant l’çou d’après!

    Si v’atez co en ètat d’moûner, on vèrout bin mîdgi n’touffâye tchûz l’Glaude?

    Moûner ou flûter, i n’faut m’ hèsiter!

    Èt?

    On s’mettrè en route à mîdi moins l’quârt.

    Qu’est-ce qui fât qu’v’atez d’si bounne humeûr anû?

    Djè n’a sais trop rin. Djè crois què la fin d’l’hivîr est toulà... Djè n’vès dèra m’ coummat ç’què djè l’sate.

    Non.net, n’dijez rin, surtout. Aveu vous, on sait toudjous à qué niveau qu’ça s’passe!

    Bin, a v’là eune, d’opinion! Qu’est-ce què v’vèlez dère aveu ça?

    Rin, allez v’ z’ a mette des solés, on n’va m’au resto aveu des vîes savates trawâyes.

    Dj’a si bin les pîds d’das!

    Et en pus’, pou moûner, i faut des godasses qui t’nant bin aux pîds!

    Madâme s’rout n’spèciâlisse don volant?

    Dj’espère bin què v’n’allez m’ tènu l’volant aveu les pîds!

    Oh, djè veux bin essayi, mâs faurè qu’vès v’mettinche à quate pattes pou fâre n’aller les pèdâles!

    Gn’è co rin à fâre aveu vous anû, quoi! In côp què l’dèconophone est brantchi, gn’è pachoûne qu’arrive à tèrer la prîse!

    Allez-v’ z’ a randgi vote bannette, on n’va m’ au resto aveu in niche couchu su l’dos.

    Niche? Niche? Il est probâbe pus prope què vote margoulette!

    Ça, ça vaut n’saûcisse en moins das vote touffâye!

    Bin, cè n’est m’ à vous d’dècider dè ç’què l’Glaude mettrè das m-n assiette, tout d’mîme! Èt pûs vès savez bin qu’djè v’baille toudjous n’saucisse paçquè l’Glaude mette des bounnes assiettâyes!

    Quand vès vèrez tèrer vote couchu, vès sondg’rez à penre vote poûrte-mènnoûye.

    Ça veut dère què c’est mi qui päye, alors! V’atez sûr què c’est m’tou?

    Vès savez bin qu’aveu mi, c’est l’preûmi qui cause don resto qui päye el compte!

    Ramageol! Mougne-à-fât!

    Pou vote plâji, Germaine! Vès n’voûrins m’ qu’on y alliche à pîd? Mi, djè päye el transport. Èt quand on voit l’prix des carburants anû, ça d’vint in sacré luxe!

    Vès l’ez dit! Djè l’dèmande mîme si c’est bin raisounnâbe d’aller tchûz l’Glaude...

    Pîtchez-v’ d’aller v’viti prope! Dj’avous rèservé n’taûle èchoi, èt i nous rawâd pou mîdi!

    Èchoi? Âh? Bin alors, djè n’â m’ dujette dè penre des sous...

    Mêêêêrte! Anû, c’est mi qu’è raté l’occâsion d’froumer ma grande gueûle!

Le 6 février 2022.

    Mère Grougn’resse, je vous la souhaite bonne et heureuse!

    Vous avez déjà été à la bouteille, Tampir? Le nouvel an, c’était il y a plus d’un mois!

    Vous savez bien que je ne bois jamais avant le premier verre, Germaine!

    C’est ça... Et le premier, vous le prenez quand?

    Toujours avant le suivant!

    Si vous êtes encore en état de conduire, on irait bien manger une touffâye chez le Glaude?

    Piloter ou picoler, il ne faut pas hésiter!

    Et?

    On se mettra en route à midi moins le quart.

    Qu’est-ce qui vous met de si bonne humeur aujourd’hui?

    Je ne sais pas trop. Je crois que le printemps arrive... Je ne vous dis pas comment je le sens.

    Non, ne dites rien, surtout. Avec vous, on sait toujours à quel niveau ça se passe!

    Ben, en voilà une, d’opinion! Que voulez-vous dire avec ça?

    Rien, allez mettre des chaussures, on ne va pas au resto avec des veilles savates trouées.

    J’ai si bien les pieds dedans!

    Et en outre, pour conduire, il faut des godasses qui tiennent bien aux pieds!

    Madâme serait une spécialiste du volant?

    J’espère bien que vous n’allez pas tenir le volant avec les pieds!

    Oh, je veux bien essayer, mais il faudra que vous vous mettiez à quatre pattes pour manœuvrer les pédales!

    Il n’y a encore rien à faire avec vous aujourd’hui, quoi! Une fois le dèconophone branché, personne n’arrive à enlever la prise!

    Allez ranger votre bannette, on ne va pas au resto avec un tablier sale sur le dos.

    Sale? Sale? Il est probablement plus propre que vote figure!

    Ça, ça vaut une saucisse en moins dans votre touffâye!

    Ben, ce n’est pas à vous de décider de ce que le Glaude mettra dans mon assiette, quand même! Et puis vous savez bien que je vous donne toujours une saucisse parce que le Glaude donne de bonnes assiettées!

    Quand vous irez enlever votre tablier, vous penserez à prendre votre porte-monnaie.

    Ça veut dire que c’est moi qui paye, alors! Vous êtes sûr que c’est mon tour?

    Vous savez bien qu’avec moi, c’est le premier qui parle du resto qui paye la note!

    Hâbleur! Bouffe-tout!

    Pour vote plaisir, Germaine! Vous ne voudriez pas qu’on y aille à pied? Moi, je paie le transport. Et quand on voit le prix des carburants aujourd’hui, ça devient un sacré luxe!

    Vous l’avez dit! Je me demande même si c’est bien raisonnable d’aller chez le Glaude...

    Dépêchez-vous d’aller vous habiller! J’avais réservé une table hier, et il nous attend pour midi!

    Hier? Âh? Ben alors, je n’ai pas besoin de prendre des sous...

    Mêêêêrde! Aujourd’hui, c’est moi qui ai raté l’occasion de fermer ma grande gueule!

El 30 djanvî 2022.

    Bondjou, là, mère Grougn’resse!

    Bondjou, don, père Tapir! Qu’est-ce què v’avez à la mî? Ene grosse mitraillette pou fâre in hold-uppe?

    Ça, la mère, ça s’hutche ène guitâre. In instrûment en bos aveu 6 coûrdes!

    Djè sais bin ç’què c’est d’ène guitâre, nè m’pernez m’ co in côp pou pus loûgne què djè n’sûs!

    C’est vrâ qu’c’est d’jà bin assez ainlà...

    Gna gna gna gna gna gna gna!

    Coumme vès dijez.

    Qu’est-ce què v’allez fâre aveu ça, la vade su l’martchi?

    Non.net, Madâme, djè va rèpèter pou n’soirée qu’on bârè à Marbehan au mois d’mârs.

    Bin vès coummacez tot assez, vès s’rez sûr prête!

    Vès savez, Germaine, à m-n âdge, i faut rèpèter in paûd’pus’ qu’avant si on veut bin travailli la mémoire!

    Mâs què ç’què v’fayez, vès djouez don classique? Vès n’allez m’ èm dère què v’bélez a v’gratouillant la boudlette!

    Djè tchante, Madâââme. Et djè n’mè dégale mi la boudlette, djè gratte les coûrdes.

    Et les dgens n’sè sauvant m’?

    Continuez ainlà, èt si vès n’ves sauvez m’, djè v’foute la heure plî d’bosse.

    Ouf, dj’â eû la pette què ves n’me mènacinche dè tchanter touci!

    Djè n’vès cause pus, vès n’atez qu’ène grune, ène tchitchiteûse.

    Merte. Mi qui v’nous v’dère què l’dîmatche qui vint, djè fârâ la fîte tchûz nous èt...

    Et què v’espèrez bin què dj’venrâ tchanter deux trois tchansons en patois.

    Euh... Bin... Djè n’sais si...

    Quand Madââme fât des complîmats, elle va djusqu’au tchu! Wârdez vote fîte, djè wârdrâ mes tchansons. Et djè d’morrâ tchûz mi! Quoi, co? Qu’est-ce què v’chinez vote gayine en doûce?

    Vès m’a fayez in bî, Jules. Si vès n’ v’avins m’ foutu d’mi aveu vote guitâre, djè v’nous v’dèpôser m-n invitâtion. Djè v’â djà oï rèpèter deux trois côps, èt r’wâtez ç’què dj’â marqué...

    ...  Vès m’ez co bin eû ç’côp-ci, quoi... Qui est-ce qui s’rè toulà?

    On s’rè trois coupes, nous autes, el Victor èt la Zûlma èt pûs l’Polyte aveu la Bertha.

    Ohô! C’est qu’elle est co bin, la Bertha, aveu l’caraco co bin plî, èt des cuisses qui montant djusqu’aux fesse...

    C’est co r’voûye. V’allez co m’mette das n’belle radge si v’continuez.

    Ping-pong... C’est vrâ qu’elle n’est m’ trop maû fâte, mâs elle sate tout d’mîme in paûla gaye...

    Vès n’ez m’dujette d-n aller mette vote nez si près! Et quoi, vès tchant’rez?

    Hâye oyi, allez. Rin qu’pou v’fâre plâji.

    Haye don là... Mi, c’est in Ricard!

Le 30 janvier 2022.

    Bonjour, mère Grougn’resse!

    Bonjour, père Tapir! Qu’est-ce que vous avez à la main? Une grosse mitraillette pour faire un hold-up?

    Ça, la mère, ça s’appelle une guitare. Un instrument en bois avec 6 cordes!

    Je sais bien ce qu’est une guitare, ne me prenez pas une fois de plus pour plus bête que je ne suis!

  C’est vrai que c’est déjà bien assez comme cela...

    Gna gna gna gna gna gna gna!

    Comme vous dites.

    Qu’est-ce que vous allez en faire, la vendre au marcher?

    Non, Madâme, je vais répéter pour une soirée qu’on donne à Marbehan au mois de mars.

    Ben vous commencez assez tôt, vous serez sûrement prêt!

    Vous savez, Germaine, à mon âge, il faut répéter un peu plus qu’avant si on veut bien travailler la mémoire!

    Mais vous faites quoi, vous jouez du classique? Vous n’allez pas me dire que vous bêlez en vous gratouillant le nombril!

    Je chante, Madâââme. Et je ne me gratte pas le nombril, c’est les cordes, que je gratte.

    Et les gens ne se sauvent pas?

    Continuez, et si vous ne vous sauvez pas, je vous fais des bosses plein la tête.

    Ouf, j’ai eu peur que vous ne me menaciez de chanter ici!

    Je ne vous parle plus, vous n’êtes qu’une grincheuse, une pétroleuse.

    Merde. Moi qui venais vous dire que dimanche prochain, je fais la fête chez moi et...

    Et que vous espérez bien que je viendrai chanter deux trois chansons en patois.

    Euh... Ben... Je ne sais pas si...

    Quand Madââme fait des compliments, elle va jusqu’au bout! Gardez votre fête, je garderai mes chansons. Et je resterai chez moi! Quoi, encore? Qu’est-ce que vous avez à rire sous cape?

    Vous m’en faites un beau, Jules. Si vous ne vous étiez pas payé ma tête avec votre guitare, je venais vous déposer mon invitation. Je vous ai déjà entendu répéter deux ou trois fois, et regardez ce que j’ai marqué...

    ...  Vous m’avez encore bien eu, quoi... Qui sera là?

    On sera trois couples, nous autres, le Victor et la Zûlma et puis le Polyte avec la Bertha.

    Ohô! C’est qu’elle est encore bien, la Bertha, avec le corsage toujours bien rempli, et des cuisses qui montent jusqu’aux fesse...

    C’est reparti! Vous allez encore me mette dans une belle rage, si vous continuez!

    Ping-pong... C’est vrai qu’elle n’est pas trop mal fichue, mais elle sent tout de même un peu la chèvre...

    Vous n’avez pas besoin d’aller mettre votre nez si près! Et quoi, vous chanterez?

    Allez, oui, allez. Rien que pour vous faire plaisir.

    Parfait, alors... Moi, c’est un Ricard!

El 23 djanvî 2022.

    Wâye, mère Grougn’resse, qué nouvelle? V’atez bin matinâle!

    Bin oyi, Tampir, i n’fât m’ trop lâd anû èt djè crois bin qu’on doûrout r’coummaci à n’aller martchi!

    Bin, ça v’prend coumme la chite aux vîs!

    Dj’â co prins in kilo...

    Èt pouquoi ç’què, paç’què v’ez prins in kilo, djè doûrous n’aller martchi, mi?

    Pou vote santé! D’aboûrd, v’ez prins des lîves ètou!

    Èt à quoi ç’què v’voyez ça, Germaine?

    Nè m’pernez m’ pou n’dèmeûrée : v’ez étu oblidgi dè r’fâre in trô d’pus’ à vote ceinture, ça s’voit bin!

    Merte! Dj’â toudjous dit què dj’doûrous mette des bertales!

    N’a pernez m’ des èlastiques, si vès v’mettez à couri, vote culotte fârè des bonds et quand elle s’rè das l’bache, on voirout les horreûrs dè la guîrre!

    Aha! In paû coumme vos lance-pierres, quoi! Das les escayis, v’éz toudjous les nènès en r’târd ou en avance d’ène martche!

    Allèz, dj’â co raté n’occâsion dè m’târe...

    À part ça, Germaine, où ç’qu’on va n’aller?

    On vèrout bin don coté des Zigomars, i gn’è des belles proum’nâdes à fâre, mîme s’i gn’è wâ d’verdure à ç’t’heûre. On fârè attention dè n’mi martchi das la boulasse...

    C’est n’bounne idée, ça. Surtout qu’pou l’moumat, les bos sant co sûrs...

    Ç’què ça veut dère, ça?

    Cè n’est m’ co des tempèrâtures pour n’aller batifoler...

    Pètard! Bin sûr què non.net!!! Dè toutes manières, c’est martchi, qu’on va fâre!

    Rin d’aute à espèrer, Germaine. Ni ampoûnes, ni frambâjes! Mîme pont d’muguet.

    Ça s’rout in miraque!

    Djè mette mes godasses èt m’pal’tot èt on y va!

    Vos godasses... Les noires?

    Oyi, lez çounes pou martchi.

    V’ez don couradge, Jules!

    Pouquoi, dj’â bin les pîds d’das, dèdpûs l’taps què dj’les mette!

    El dârin côp què dj’â vû aveu, vès d’vins les moûner à r’fâre!

    Ah merte, c’es vrâ! Elle pûjant, à ç’t’heure... Et djè n-n â pont d’autes...

    Alors?

    Djè penrâ l’apèro à vote santé, Germaine. En’ martchez m’ trop longtaps, el premî côp, on est co vite hodé...

    Ah bin... Hé... I m’è r’clôs l’huche au nez, l’vara! Bin tant pis, allans-y...

Le 23 janvier 2022.

    Ha, mère Grougn’resse, quelles nouvelles? Vous êtes bien matinale!

    Ben oui, Tampir, il ne fait pas trop mauvais aujourd’hui et je crois bien qu’on devrait recommencer à aller marcher!

    Ben, ça vous prend comme la chite aux veaux!

    J’ai encore pris un kilo...

    Et pourquoi, parce que vous avez pris in kilo, devrais-je aller marcher, moi?

    Pour votre santé! D’abord, vous avez pris des livres aussi!

    Et à quoi voyez-vous ça, Germaine?

    Ne me prenez pas pour une demeurée : vous avez dû refaire un trou de plus à votre ceinture, ça se voit bien!

    Merde! J’ai toujours dit que je devrais mettre des bretelles!

    N’en prenez pas des élastiques, si vous vous mettez à courir, votre culotte fera des bonds et quand elle sera en bas, on verrait les horreurs de la guerre!

    Aha! Un peu comme vos soutien-gorge, quoi! Dans les escaliers, vous avez toujours les seins en retard ou en avance d’une marche!

    Allez, j’ai encore raté une occasion de me taire...

    À part ça, Germaine, où va-t-on aller?

    On irait bien du côté des Zigomars, il y a de belles promenades à faire, même s’il n’y a guère de verdure actuellement. On fera attention de ne pas marcher dans la boue...

    C’est n’bonne idée, ça. Surtout que pour le moment, les bois sont encore sûrs...

    Que voulez-vous dire?

    Pn n’a pas encore des températures pour aller regarder les feuilles à l’envers...

    Pétard! Bien sûr que non!!! De toutes manières, c’est marcher, qu’on va faire!

    Rien d’autre à espérer, Germaine. Ni framboises, ni myrtilles! Même pas de muguet.

    Ça serait in miracle!

    Je mets mes chaussures et mon manteau et on y va!

    Vos chaussures... Les noires?

    Oui, celles pour marcher.

    Vous êtes courageux, Jules!

    Pourquoi, j’ai bien les pieds dedans, depuis le temps que je les mets!

    La dernière fois que je vous ai vu avec, vous deviez les porter à réparer!

    Ah merde, c’est vrai! Elles sont trouées, maintenant... Et je n’en ai pas d’autres...

    Alors?

    Je prendrai l’apéro à votre santé, Germaine. Ne marchez pas trop longtemps, la première fois, on fatigue vite...

    Ah ben... Hé... Il m’a fermé la porte au nez, le bougre! Ben tant pis, allons-y...

El 16 djanvî 2022.

    Qué belle mîtan d’sèmîne, Tampir, qué belle mîtant d’sèmîne!

    Dj’îme co bin dè v’contredère, Germaine, mâs touci, djè n’sarous!

    S’fâre câgnoux djusse pou ête câgnoux, ça n’vaut rin! Vès p’lez toudjous essayi d’ête dgentil, ça v’tchîdg’rout!

    Quand on sait qu’on va sûr avoir la rèciproque, on n’hèsite mi, mâs aveu n’grune coumme vous, ça n’sîrve à rin!

    Camp-volant, vaurin, halcoti, arûlé, trô don cul!

    V’là qui n’sarout soûrti qu’d’ène gueûle, mi d’ène boutche!

    Ène gueûle qui v’dit merte!

    Bin oyi, pusqu’elle rèssène à in cul!

    Là, ça fât don bin! Gn’avout longtaps!

    Les dgens nous oûyrint, i s’dèmand’rint si djè n’atans m’ in paû cinglés!

    Vès n’savez quoi? Dj’a v’nu pasquè dj’â nodu qu’v’avins fât âque dè bon!

    Vès v’lez causer des crèpes au sirop d’èrâbe et au Sortilèdge?

    Non.net, Jules, el pâté gaumais!

    Hé, là, n’allez m’a dère ène pareille, là! Djè n’â pont d’hostie à mette dèssus, on n’peut m’ li bailli ç’nom-là!

    Wâyz siè, allez, vès nè l’vadez m’, alors vès l’hutchez coumme vès v’lez!

    Djè n’è l’vade mi, djè nè l’vade mi, c’est vous qui l’dijez! Dj’a-n n’â fât quate è i gn’a-n è deux d’vadus...

    Alors, c’est dè d’tchûz vous qu’elle sortout la Mèlina don Baveux, aveu ses deux bîs pâtés!

    Bin, bacâyez l’co pus foût, ainlà tout l’monde el sarè èt on venrè m’ette à la gayole!

    Ah... Ça v’fârout don bin... Mâs on n’va m’ lâyi pûrri les deux autes, noume!

    V’arins dû mette in couchu, v’atez en train d’baver su vote casavec!

    Tâjez-v’, hé, fârceûr dè Bujn’ô! C’est pou d’mî ou pou mârdi?

    Gn’ a-n è inque què dj’lî a chèré l’cul à l’soûrtant d’la platine. On peut lî fâre ès’ n’affaire anû pou souper. À moins qu’ça n’ v’alliche mi dè v’nu tchûz in camp-volant, in halcoti èt djè n’sais d’tout quoi!

    Oooh! Ç’què v’allez sondgi toulà, Jules? Djè n’sarous n’aller conte èm’ vate, noume don, djè s’râ toulà, èt à l’heûre, aveu ça!

    Coumme djè dis co bin, Germaine, mi, djè sondge èt vous, v’pansez...

    C’est la mîme tchôse, i m’sène...

    Ça dè pade coummat ç’què v’l’ècrivez...

Le 16 janvier 2022.

    Quelle belle moitié de semaine, Tampir, quelle belle moitié de semaine!

J’aime encore bien de vous contredire, Germaine, mais ici, je ne peux pas!

    Se montrer grincheux juste pour être grincheux, c’est nul! Vous pouvez toujours essayer d’être gentil, ça vous changerait!

    Quand on sait qu’on n’aura la réciproque, on n’hésite pas, mais avec une râleuse comme vous, ça ne sert à rien!

  Camp-volant, vaurien, bon à rien, mal foutu, trou du cul!

    Voilà qui ne saurait sortie que d’une gueule, pas d’une bouche!

    Une gueule qui vous dit merde!

    Ben oui, puisqu’elle ressemble à un cul!

    Voilà, ça fait du bien! Ça faisait longtemps!

 Si les gens nous entendaient, ils se deman- deraient si on n’est pas un peu cinglés!

    Vous savez quoi? Je suis venue parce que j’ai senti que vous aviez fait quelque chose de bon!

    Vous voulez parler des crêpes au sirop d’arable et au Sortilège?

    Non, Jules, le pâté gaumais!

    Hé, là, n’allez pas en dire une pareille, là! Je n’ai pas d’hostie à mettre dessus, on ne peut pas lui donner ce nom-là!

    Ben si, allez, vous ne le vendez pas, alors vous l’appelez comme vous voulez!

    Je ne le vends pas, je ne le vends pas, c’est vous qui le dites! J’en ai fait quatre et il y en a deux de vendus...

    Alors, c’est de chez vous qu’elle sortait, la Mèlina du Baveux, avec ses deux beaux pâtés!

 Ben, criez-le encore plus fort, comme cela tout le monde le saura et on viendra me mettre en prison!

    Ah... Ça vous ferait du bien... Mais on ne va pas laisser pourrir les deux autres, n’est-ce pas?

    Vous auriez dû mettre un tablier, vous êtes en train de baver sur votre chemisier!

    Taisez-vous, hé, farceur de Buzenol! C’est pour demain ou pour mardi?

    J’ai déchiré le fond d’un en le sortant de la platine. On peut lui faire un sort aujourd’hui pour souper. À moins que ça ne vous dérange de venir chez un camp-volant, un bon à rien et je ne sais tout quoi!

    Oooh! Qu’est-ce que vous allez penser là, Jules? Je ne saurais aller contre mon estomac, hein, je serai là, et à l’heure, en plus!

    Comme je dis parfois, Germaine, moi, je réfléchis et vous, vous pansez...

    C’est la même chose, il me semble...

    Ça dépend comment vous l’écrivez...

El 9 djanvî 2022.

    Tampir, dj’a-n â d’jà mârre.

    Hâye, là, Germaine, co in paû d’effôrts, là...

    Djè comptous qu’aveu l’rètchauff’mat djè n’arins pus eû d’neidge!

    Bah, vès n’arez m’ à pell’ter tant qu’ça, allez. À poûne sîj mètes cârrés...

    Èt coummat qu’ça s’fât qu’i gn’è pont d’neidge dèvant tchûz vous, su l’pavé, tout l’long d’vote mâjon?

   Bin dj’â prins mes prècaûtions, hein, Germaine : dj’a s’mé don sé...

    Mi, djè n-n â pus qu’in fond d’posson, alôrs djè l’wârde.

    Dè toutes manières, si v’comptez fâre fonde la neidge aveu don sé d’cujine, vès p’lez bin rawarder qu’l’hivî s’a-n alliche!

    Bin pouquoi? Don sé, c’est don sé, i m’sène!

    Bin sûr, Germaine. Vès penrez in paû d’sé qu’on mette sur les routes pou cûre vos crombîres, èt vès m’a dèrez des nouvelles si v’viquez co après...

    C’est vrâ? Cè n’est m’ el mîme?

    Ça n’vès fârout m’ put-ête mouri aveu n’pètite quantité, mâs i n’faûrout m’ a-n abûser...

    V’arins bin n’jatte dè sé pou la neidge à m’bailli?

    Gn’a faut tout d’mîme in paû d’pus’ qu’ène jatte, là, Germaine. I gn’è pont d’salière pour les d’vants d’huches!

    Bon. Vès venrez aveu ç’qu’i faut après-mîdi. Djè fârâ don cafè aveu d’la galette aux blosses.

    Aux peummes.

    Vès n’îmez m’ les blosses?

    Vès lâyez esprès des nuyaux d’das pou qu’on s’broyiche les dats!

    Mi, djè fâs in paû attention, èt djè n’m’â djamâs broyi d’dats.

    Aux peummes.

    Djè penrâ in biscotin, pont d’nuyaux, pont d’pèpins.

    Madââme fât des vers, biscottin-pèpin, v’là n’belle rime!

    Bon, mi, anû, ça s’rè in porto.

    Aveu, ou sans nuyaux?

    Foutez-v’ dè mi, là, foutez-v’ dè mi!

    Djè n-n ôs’rous!

    V’allez v’dgîner, p’t-ête?

    Sûr! Vès croyez què dj’sûs avûle?

    Quoi, don?

    Cè n’est m’ put-ête in paraplaûve, putot in paraneidge què v’ez drî l’dos, mâs djè n’veux m’ el ramassi su la margoulette.

    Porto!

Le 9 janvier 2022.

    Tampir, j’en ai déjà marre.

    Allons, Germaine, encore un peu d’efforts...

    J’espérais qu’avec le réchauffement nous n’aurions plus eu de neige!

    Bah, vous n’aurez pas à pelleter tant que ça, allez. À peine sis mètres carrés...

    Et comment se fait-il qu’il n’y ait pas de neige devant chez vous, sur le trottoir, tout le long de votre maison?

    Ben, j’ai pris mes précautions, hein, Germaine : j’ai semé du sel...

    Moi, je n’en ai plus qu’un fond de pot, alors je le garde.

    De toutes manières, si vous comptez faire fondre la neige avec du sel de cuisine, vous pouvez bien attendre le printemps!

Ben pourquoi? Du sel, c’est du sel, ce me semble!

    Bien sûr, Germaine. Vous prendrez un peu de sel qu’on met sur les routes pout cuire vos pommes de terre, et vous m’en direz des nouvelles si vous êtes toujours vivante...

    C’est vrai? Ce n’est pas le même?

  Ça ne vous ferait peut-être pas mourir avec une petite quantité, mais il ne faudrait pas en abuser...

    Vous auriez une jatte de sel pour la neige à me donner?

    Il en faut tout de même un peu plus qu’une jatte, Germaine. Il n’y a pas de salière pour les devants de portes!

 Bon. Vous viendrez avec ce qu’il faut après-midi. Je ferai du café avec de la tarte aux prunes.

    Aux pommes.

    Vous n’aimez pas les prunes?

    Vous laissez exprès des noyaux dedans pour qu’on se casse les dents!

    Moi, je fais un peu attention, et je ne me suis jamais cassé de dents.

    Aux pommes.

    Je prendrai un biscotin, pas de noyaux, pas de pépins.

    Madââme fait des vers, biscotin-pépin, voilà une belle rime!

    Bon, moi, aujourd’hui, ce sera un porto.

    Avec, ou sans noyaux?

    Fichez-vous de moi, allez, fichez-vous de moi!

    Je n’oserais pas!

    Vous allez vous gêner, peut-être?

    Bien sûr! Vous me croyez aveugle?

    Quoi, donc?

    Ce n’est peut-être pas un parapluie, plutôt un paraneige que vous avez derrière le dos, mais je ne veux pas le ramasser sur la binette.

    Porto!

El 2 djanvî 2022.

    Eh bin ça y est, Tampir, dj’y atans, en 2022.

    Oyi, Germaine, dj’y atans bin sûr...

    Ça n’vès fâs m’ plâji? Vès rûtez co in affaire ou l’aute?

    Su les deux dârins mois d’ 21, dj’â trois amis qui sant voûyes, Germaine.

    Oyi, Jules. Les deux Georges, què dj’â bin counneu, mâs pou l’troîsième, djè n’sais...

    On è monté sus les mîmes plîtches fin des annâyes 70 èt dèbut des 80. On a-n è eû, don plâji, aveu l’Yvan. I-l avout l’chic pou fâre rîre... ène grimace, in dgesse, in mot... toudjous das la bounne mèsure, pont d’exagèrâtion coumme i gn’a-n è qui savant l’fâre, toudjous l’ton djusse, in vrai comèdien...

    Djè m’rappelle bin, dj’allous co bin voir la Battardelle à Saint-Mâd ou das in villadge ou l’aute quand djè n’savous n’aller à Saint-Mâd.

    On peut dère merci au Cerque culturel dè Saint-Mâd, èt on Dany Berque qu’a-n è fât, des heures, pou les spectaques èt l’èdition des cassettes. Et à toute l’èquipe qui toûnout aveu pou l’plâji.

    Ç’atout la grande èpoque don patois. A ç’t’ heûre, quand vès l’causez, c’est tout si on n’vès rwâte mi d’travîs.

    Pou v’raconter in histoire, i-l atout capâbe d’inventer tout plîs d’affaires pou l’embâller, costumes, accessoires... C’est bin simpe, i n’atout m’ co su la scîne què les dgens riaint d’jà coumme des bossus.

    Djè l’vois co, aveu l’mîtche dè bruche pour remplaci s’bras (mâs on nè l’savout qu’à la fin don sketch!), fâre crance dè djouer don violon et co d’tènu s-n archet aveu ç’qu’on arout pu penre pou...

    I-l a-n è fât, pour sûr. Il atout exigent pour lu, souvat pus’ què pou les autes. Les çounes qui l’avant counneu das les coulisses savant à qué point qu’il atout adorâbe. Mâs i-l avout don caractère : i n’follout pont lî fâre dè niches. Les fârces, i djouout l’djû. Mâs i n’follout m’ n’aller pus long. Mîme si la rancune n’avout pont d’place das s-n esprit èt co moins das s’cœur...

 Pouquoi ç’què v’avez arrêté les soirées gaumaises?

    Les ètudes, l’armée, el mariadge et les mètis qui v’moûnant lon don pays... On atout n’sacrée bande, tourtous co assez djônes, tout plî d’entrain...

    On dèrout qu’v’ez in paû d’nostalgie...

    On n’sarout dère el contraîre, Germaine. On n’rèviqu’rait djamâs ces plâjis-là.

    Nez-a, Jules. Dj’â don pâté gaumais. Don vrai, mi d’la michtrole aveu n’pastille qui n’dit qu’des mentes. Djè l’mîdg’rans a r’causant don passé, èt on boirè in bon côp à la mémoire dè l’Yvan.

    Merci, Germaine, djè v’chûs...

Le 2 janvier 2022.

    Eh bien ça y est, Tampir, nous y sommes, en 2022.

    Oui, Germaine, nous y sommes bien sûr...

    Ça ne vous fait pas plaisir ? Vous ruminez encore une chose ou l’autre ?

    Sur les deux derniers mois de 21, trois de mes amis sont partis, Germaine.

    Oui, Jules. Les deux Georges, que j’ai bien connus, mais pour le troisième, je ne sais...

    On est montés sur les mêmes planches fin des années 70 et début des 80. On en a eu, du plaisir, avec l’Yvan. Il avait l’art de faire rire... une grimace, un geste, un mot... toujours dans la bonne mesure, pas d’exagération comme d’aucuns savent le faire, toujours le ton juste, un vrai comédien...

    Je me souviens bien, j’allais souvent voir la Battardelle à Saint-Mard ou dans un village ou l’autre quand je ne savais aller à Saint-Mard.

    On peut dire merci au Cercle culturel de Saint-Mard, et au Dany Berque qui en a fait, des heures, pour les spectacles et l’édition des cassettes. Et à toute l’équipe qui tournait aveu, pour le plaisir.

    C’était la grande époque du patois. Maintenant, quand vous le parlez, c’est tout si on ne vous regarde pas de travers.

    Pour raconter une histoire, il était capable d’inventer plein d’effets pour l’emballer, costumes, accessoires... C’est bien simple, il était à peine en scène que les gens riaient déjà comme des bossus.

    Je le vois encore, avec le manche de brosse pour remplacer son bras (mais on ne le savait qu’à la fin du sketch !), faire semblant de jouer du violon et de tenir son archet avec ce qu’on aurait pu prendre pour...

    Il en a fait, c’est certain. Il était exigeant pour lui, souvent plus que pour les autres. Ceux qui l’ont connu dans les coulisses savent à quel point il était adorable. Mais il avait du caractère : il ne fallait pas lui faire de mauvaises farces. Les farces, il jouait le jeu. Mais il ne fallait pas aller au-delà. Même si la rancune n’avait droit de cité dans son esprit ni dans son cœur...

  Pourquoi avez-vous arrêté les soirées gaumaises?

    Les études, l’armée, le mariage et les métiers qui vous éloignent du pays... On était une sacrée bande, tous encore assez jeunes, pleins de fougue...

   On dirait que vous avez un peu de nostalgie...

    On ne pourrait dire le contraire, Germaine. On ne revivra jamais ces plaisirs-là.

    Venez, Jules. J’ai du pâté gaumais. Du vrai, pas de la vulgaire pâtée avec une pastille qui ne dit que des mensonges. Nous le mangerons rn reparlant du passé, rt on boira in bon coup à la mémoire de l’Yvan.

    Merci, Germaine, je vous suis...

El 26 décembe 2021.

    Tampir, v’ez les œils à couvisse!

    La faute à qui, Mme la mère Grougn’resse?

    V’ez des r’grets?

    Vès rigolez? Viv’mat l’prochain rèveillon!

    Vès v’lez in aspirine?

    Dj’arâ assez aveu n’jatte dè cafè aveu don lacî èt in paû d’suc.

    Djè m’a doutous bin, Jules, dj’â d’jà dècôpé don pî pou vote trapâye.

    Èt pou la vote! V’ez atu rèl’ver l’courrièr?

    Bin sûr!

    I g’avout rin?

    C’est sam’di, anû, Jules...

    Ah bin oyi, c’est vrâ, pont d’courrièr l’sam’di.

    Èt pûs, c’est fîte anû!

    Bin non.net, la fîte, ç’atout èchoi!

    Ç’atout l’rèveillon, èchoi. Èt anû, què djou qu’j’atans?

    Bin sam’di, vès v’nez dè l’dère.

    Qué sam’di, Jules?

    Bin l’çou dè ç’sèmîne-ci, i gn’a-n è qu’inque su n’sèmine.

    V’atez co lon d’ête bin ravi, coumme djè vois. Què date què dj’atans?

    Djè n’vois m’ el calendrièr dè d’touci...

    C’est l’25, Jules. El 25 dè décêmbe... Ça n’vès dit rin?

    Aââhhh bin oyi, Germaine, ça y est. I n’faurè m’ roublir, là, anû!

    Roublir quoi, don Jules? Qu’est-ce què v’allez co inventer?

    D’mette el pètit Jésus das la créche!

    C’est ça. Bin djè voûrous bin l’voir, là, anû!

    Vûdez-m’ el cafè, Germaine, on voirè bin t’ t’à l’heure.

    Vès n’la fayez m’ belle tout d’mîme, savez-v’

    Dj’â in paû maû la tîte. C’est à cause don posse, bachez in paû l’son, allez...

    Vès savez bin què l’posse n’y est pou rin...

    Èt ça s’rout co mieux si vès v’tâjins ètou.

    Djè m’va n’aller voir si tafât va bin das ma mâjon. Djè s’râ bin curieûse dè v’voir quand djè r’venrâ...

    Hoûûû... Coumme dj’â maû la tîte...

    P’t-ête què l’pètit Jésus va v’nu au monde pa ène dè vos oreilles! Rin qu’pou voir la créche!

    En’ mè pernez-m’ pou n’Gargamelle, allez-v’ z’a!

Le 26 décembre 2021.

    Tampir, vous avez des petits yeux!

    La faute à qui, Mme la mère Grougn’resse?

    Vous avez des regrets?

Vous voulez rire? Vivement le prochain réveillon!

    Vous voulez in aspirine?

    Une jatte de café avec du lait et un peu de sucre me suffira.

    Je le pensais bien, Jules, j’ai déjà découpé du pain pour votre trempinette.

  Et pour la vôtre! Vous avez  relevé le courrier?

    Bien sûr!

    Il n’y avait rien?

    C’est samedi, aujourd’hui, Jules...

   Ah ben oui, c’est vrai, pas de courrier le samedi.

    Et puis, c’est fête aujourd’hui!

    Ben non, la fête, c’était hier!

    C’était le réveillon, hier. Et aujourd’hui, quel jour sommes-nous?

    Ben, samedi, vous venez de le dire.

    Quel samedi, Jules?

    Ben celui de cette semaine, il n’y en a qu’un sur par semaine.

    Vous êtes encore loin d’être bien réveillé, comme je vois. Quelle date, aujourd’hui?

    D’ici, je ne vois pas le calendrier...

    C’est le 25, Jules. Le 25 décembre... Ça ne vous dit rien?

    Aââhhh ben oui, Germaine, ça y est. Il ne faudra pas oublier, là, aujourd’hui!

    Oublier quoi, donc, Jules? Qu’est-ce que vous allez encore inventer?

    De mettre le petit Jésus dans la crèche!

    C’est ça. Ben je voudrais bien le voir, là, aujourd’hui!

    Servez-moi le café, Germaine, on verra bien tout à l’heure.

    Vous ne la faites quand même pas belle, vous savez...

    J’ai un peu mal à la tête. C’est à cause de la radio, baissez un peu le son, allez...

    Vous savez bien que la radio n’y est pour rien...

  Et ce serait encore mieux si vous vous taisiez aussi.

  Je vais aller voir si tout va bien dans ma maison. Je serai curieuse dr vous voir quand je reviendrai...

    Hoûûû... Comme j’ai mal à la tête...

    Peut-être que le petit Jésus va venir au monde par une de vos oreilles! Rien que pour voir la crèche!

    Ne me prenez pas pour une Gargamelle, allez-vous-en!

El 19 décembe 2021.

    Qué belle djournâye, Tampir! Qué merveille, èchoi!

    Oyi, Germaine, mâs i gn’è des places què l’broûillârd è couvri don matin djusqu’à la nût.

    Bah, ça n’fât rin, on n’y atout m’!

    N’allez m’ tout d’mîme croire què la belle saison va coummaçi, là! On ratère das l’hivîr, on est co lon d’la soûrtie!

    Et nous autes, Jules, on n’est pus tout djônes. Combin d’ètés qu’on è co d’vant nous?

    Germaines, on n’a sait rin. I n’faut m’ sondgi à ça...

    Vès dijez bin, Jules! Vès dijez tout l’taps qu’i n’faut m’ rèwâti pa dri, mâs toudjous en avant. Va v’nu l’moumat qu’on n’arè pus wâ à voir a rwâtant ainla...

    C’est sûr, Germaine, qu’i gn’arè bin in djou qu’on poûrrè r’tèrer les lunettes pour ç’qui d’meûr’rè à voir. Mâs on nè l’sarè sûr d’avance!

    Djè crois qu’on n’a profîte mi co assez, Jules.

    Faut viqui a baillant l’pus possibe dè plâji èt d’bounheûr aux autes, Germaine. Cè n’est qu’ainla qu’on est heûreûx.

    Oyi, Jules. On s’fât d’jà bin assez pûrri la vie pa des lâds mounâmes qui v’lant tafât pou zoux-mîmes a pûjant djusquè das les potches des çounes qui n’avant d’jà quâsi rin pou viqui.

    Et à coté d’ça, si v’ez bailli quate sous à ène associâtion ou l’aute, v’atez harcelé pa les d’mandes, su l’ordinâteur ou das la boîte aux lettes. On v’radrout responsâbe dè toutes les misîres don monde qu’on poûrrout arrandgi si on n’baillout m’ des millions d’euros dè ç’qu’on fât passer pou don salaîre à des dgens qui n’a fayant m’si loûrd què ça. Et à des minisses èt à des patrons qui s’grachant les pattes èt l’poûrtemènnoûye su l’dos des autes.

    C’est bin malheureux, allez. Gn’a-n è qui n’a-n avant djamâs assez. Et qui lâraint mouri les autes pou loûs-y penre el rin qu’i-s avant.

    Tous ça, Germaine, on nè l’tchîdg’rè m’ aveu les polichinelles qu’atant das les gouvernements don monde, pa d’t’avaû les continents. Et c’est pourtant zoux qui doûraint fâre zoû travail. Dj’atans das note villadge, èt i gn’è wâ d’misîre. Et si l’mâre èt s-n èquipe voûraint bin la catchi, les dgens d’toutes les ruâyes fayant c’qu’i plant pou âdi à la fâre disparaite.

    Jules, dj’allans fâre disparaîte note malengrougne dè tout ça aveu in apèro.

    V’ez râjon, Germaine. Djè n’a peûr què d’ène tchôse...

    Quoi, don, Jules?

    Qu’in bî djou les dgens n’ nous hutchaingent el père Pèro èt la mère Pèrote!

Le 19 décembre 2021.

    Quelle belle journée, Tampir! Quelle merveille, hier!

    Oui, Germaine, mais par endroits, le brouillard a tout couvert du matin jusqu’au soir.

    Bah, ça ne fait rien, on n’y était pas!

    N’allez tout de même pas croire que le printemps va commencer, là! On entre dans l’hiver, on est encore loin de la fin!

    Et nous autres, Jules, on n’est plus tout jeunes. Combien d’étés avons-nous encore devant nous?

    Germaines, on n’en sait rien. Il ne faut pas penser à ça...

    Vous dites bien, Jules! Vous dites toujours qu’il ne faut pas regarder vers l’arrière, mais toujours vers l’avant. Va venir le temps où il ne restera plus grand–chose à voir en regardant comme cela...

    C’est certain, Germaine, que viendra un jour où on pourra enlever les lunettes pour ce qui restera à voir. Mais on ne le saura sans doute pas d’avance!

Je crois qu’on n’en profite pas encore assez, Jules.

    Faut vivre en donnant le plus possible de plaisir et de bonheur aux autres, Germaine. Ce n’est que comme cela qu’on est heureux.

    Oui, Jules. On se fait déjà bien assez pourrir la vie par des malotrus qui veulent tout pour eux-mêmes en puisant jusque dans les poches de ceux qui n’ont déjà presque rien pour vivre.

  Et à côté de cela, si vous avez donné quelques sous à une association ou l’autre, vous êtes harcelé par les demandes, sur l’ordinateur ou dans la boîte aux lettres. On vous rendrait responsable de toutes les misères du monde qu’on pourrait arranger si on ne donnait pas des millions d’euros de ce qu’on fait passer pour un salaire à des gens qui n’en font pas si lourd que ça. Et à des ministres et à des patrons qui se graissent les pattes et le porte-monnaie sur le dos des autres.

    C’est bien malheureux, allez. Certains n’en ont jamais assez. Et qui laisseraient mourir les autres pour leur pendre le peu qu’ils ont.

    Tous ça, Germaine, on ne le changera pas aveu les polichinelles qui sont dans les gouvernements du monde, partout sur les continents. Et c’est pourtant eux qui devraient faire leur travail. Nous sommes dans notre village, et il n’y a pas beaucoup dr misère. Et si le maire et son équipe voudraient bien la cacher, les gens de toutes les rues font ce qu’ils peuvent pour aider à la faire disparaître.

    Jules, nous allons faire disparaître notre rouspétance sur tout cela avec un apéro.

    Vous avez raison, Germaine. Je ne crains qu’une chose...

    Quoi, donc, Jules?

    Qu’un beau jour les gens ne nous appellent le père Apéro et la mère Apérote!

El 12 décembe 2021.

    V’ez étu skier, Germaine?

    Nè v’foutez m’ co d’mi, là, Jules. À note âdge, on d’meure tran’quille! Èt pûs à c’t’heûre, la neidge èn’ deure pus assez longtaps...

    Où ç’què v’allez, pou l’rèveillon d’Nawé?

    Djè n’a sais co rin, Jules. Les autes annâyes, djè va tchûz l’père Tampir, mâs i n’m’è co rin dit. On voirè bin, ma foi.

    Bin mi, les autes annâyes, dj’â la mère Grougn’resse, mâs djè n’lî â m’ co dit d’vènu...

    Èt au 31, tchûz mi?

    L’idée n’est m’ mauvaise. V’atez tout d’mîme ène maline, Germaine.

    Ah bon? Djè n’vois m’ pouquoi...

    Vès pernez toudjous l’deuxîme rèveillon. Ainla, si on s’dispute au premî, v’atez quitte dè prèparer l’aute!

    En français, on dèrout qu’ vès m’fayez in «procès d’intention»; das note bon vî patois, on hutche ça ène sacrée mauvaise gueûle. Vès v’lez qu’on fayiche el contraire èç’ t’annâye-ci? Vès s’rins co capâbe dè trouver exprès ène râjon d’dispute pou n’mi fâre el nouvel an!

    Coumme quoi, à mauvaise gueûle, mauvaise gueûle èt d’mie!

    Djè n’valans fin rin, Jules, mâs on s’annoûy’rout d’belle si dj’atins autrèmat.

    Djè crois qu’ v’ez râjon. V’ îmez toudjous bin les huîtes gratinâyes?

    Bin sûr! Et dj’â trouvé n’rècette qui doûrout v’plâre ètou.

    Si c’est aveu don citron, djè n’a veut pont.

    Pont d’citron, Jules djusse don champagne, don blanc d’pourette, dè l’èchalote, dè la crîme èt don froumadge rapé. Èt on peut co y rajouter in pau d’persin avant d’servi.

    Vadu, Germaine, on les fârè ainla. Èt après ça, ène super soupe à le tchâ d’bu coumme on n’a fât pus. Et pûs quoi, après? Don dgibi?

    Djamâs d’la vie, vès l’savez bin, èt djè vois bin què f’chignez vote gayinne a mè l’dijant.

    Dj’â rèservé in èpaule dè pouch’lon, Germaine. Djè sais bin qu’ça fât tout djusse in pau d’trop pou nous deux, mâs l’djou d’Nawé, i gn’è n’collecte dè boustifaille pou les dgens qui n’avant pont d’mâjon. Djè loû z-î a proumins d’prèparer n’dîjîne d’assiettes pou zoûs protédgis.

    On prèpar’rè ça nous deux, Jules. Èt on loû z-î poûrtrè nous deux ètou.

    Y fayant n’tournâye, Germaine, i pass’rant touci su l’côp d’onze heûres èt d’mie.

    Bin on arè bin l’taps d’prèparer ça!

    Bin l’taps, bin l’taps... Si on n’est m’ trop hodés!

    Cè n’est m’ si hodant qu’ça, don, d’mîdgi.

    Ah bin sûr, dè mîdgi, non,...

    Hâye, ça s’rè quand mîme Nawé pou nous autes èt pou quèqu’ z’autes aveu!

    In paû d’bounheûr, ma foi!

Le 12 décembre 2021.

    Vous avez été skier, Germaine?

    Ne vous foutez pas encore de moi, là, Jules. À notre âge, on reste tranquille! Et puis maintenant, la neige ne dure plus assez longtemps...

    Où allez-vous, pour le réveillon de Noël?

    Je n’a sais encore rien, Jules. Les autres années, je vais chez le père Tampir, mais il ne m’a encore rien dit. On verra bien, ma foi.

 Ben moi, les autres années, jai la mère Grougn’ resse, mais je ne lui ai pas encore dit de venir...

    Et le 31, chez moi?

    L’idée n’est pas mauvaise. Vous êtes quand même une maligne, Germaine.

    Ah bon? Je ne vois pas pourquoi...

    Vous prenez toujours le deuxième réveillon. Alors, si on se dispute au premier, vous êtes quitte de préparer l’autre!

    En français, on dirait que vous me faites un «procès d’intention»; dans notre bon vieux patois, on appelle ça une sacrée mauvaise gueule. Vous voulez qu’on fasse le contraire cette année? Vous seriez encore capable de trouver exprès un sujet de dispute pour ne pas faire le nouvel an!

    Comme quoi, à mauvaise gueule, mauvaise gueule et demie!

    On  ne vaut vraiment rien, Jules, mais on s’ennuierait tellement, si nous étions autrement.

    Je crois aussi. Vous aimez toujours bien les huîtres gratinées?

    Évidemment! Et j’ai trouvé une recette qui devrait vous plaire.

    Si c’est avec du citron, je n’en veux pas.

    Pas de citron, Jules juste du champagne, du blanc de poireau, de l’échalote, de la crème et du fromage râpé. Et on peut aussi y ajouter un peu de persil avant de servir.

    Vendu, Germaine, on les fera comme cela. Et après ça, un super bouillon de bœuf comme on n’en fait plus. Et pour suivre? Du gibier?

    Jamais de la vie, vous le savez bien, et je vois bien que vous bidonnez en douce en me le disant.

    J’ai réservé une épaule de cochon de lait, Germaine. Je sais bien que ça fait tout juste in peu trop pour nous deux, mais le jour de Noël, il y a une collecte de nourriture  pour les sans abri. Je leur ai promis de préparer une dizaine d’assiettes pour leurs protégés.

    On préparera ça nous deux, Jules. Et on leur portera nous deux également.

    Ils font une tournée, Germaine, ils passeront ici sut lt coup d’ onze heures et demie.

    Ben on aura bien le temps de préparer ça!

    Bien le temps, bien le temps... Si on n’est pas trop fatigués!

    Ce n’est pas si épuisant que ça, quand même, de manger.

    Ah bien sûr, manger, non, ...

    Allons, ce sera quand même Noël pour nous et pour quelques autres aussi!

    In peu de bonheur, ma foi

El 5 décembe 2021.

    Bondjou, Madame Grougn’resse.

    Bondjou, Mossieûr Tampir.

    V’atez in paû moins rûijôle què la s’mîne passâye?

    Et vous, v’atez in paû moins aradgi?

    Aha! V’ez d’jà la margoulette moins rafrougnie!

    Vès savez ç’qu’elle vès dit, ma margoulette?

    Djè n’sais si dj’â bin oï, mâs dj’â comprins : «Djè v’invite à prenre l’apèro aveu mi tchûz la Grosse Zûlma à condition qu’vès l’payinches»

    V’ez co d’l’imaginâtion!

    Et dj’â co oï, aveu ça : «Pûs vès venrez dîner aveu mi das ma p’tite mâjon toute doûillette, què dj’â fât d’la bounne soupe à la tchâ d’bu èt in bî gros pouillon aux tchampignons, què dj’â mîme soûrti ma friteûse pou in côp dans l’annâye...»

    Coummat ç’què v’savez tout ça? Èt d’aboûrd, qui est-ce qu v’dit qu’ç’est pou in arsouille coumme vous, tout ça, hein?

    A moins què v’n’arins trouvé in marlou au coin d’ène ruâye, djè n’vois m’ qui est-ce qui das l’villadge fârout vote affaire...

    Ah, qué maûvaise gu...

    Dj’y allans, Germaine, tchûz la Grosse Zûlma?

    Ou bin on prend l’apèro tchûz vous, Jules, c’est la mîme tchôse...

    On n’va m’ trop trîner, sinon l’pouillon s’rè tout noir!

    Dj’y sondge, Jules, quand on s’rè tchûz mi, vès m’rèmettrez n’ampoule das l’collidor?

    Bah... Èt si djè v’fayous la chûle dè voleûr... Ça s’rout bin ètou, ça...

    Djè v’vois arriver! V’atez tout d’mîme in sacré vara, hein, vès farins n’impoûrte quoi pou rwâti d’zous les cottes d’ène feumme!

    Sauf vote respect, Germaine, èt sas dère don maû, ç’qu’i gn’è pa d’zous vos cottes, djè l’counneus d’jà par cœur!

    Dj’â soûrti l’escabelle.

    Djè m’a doutous bin, allez. Saint-Èmilion, aveu l’pouillon?

    V’a troûv’rez co?

    Câve dè gautche, troisième plîtche à droite, à paû près au mîtan...

    Coumme djè vois, vès counn’chez mieux ma câve què mi!

    Ça m’rappelle qu’in djou, j’y avans rwâti les fuilles à l’envîers, coumme on dit das l’bon langadge.

    Et pouquoi ç’qu’è vès r’sondgez à ça?

    Paç’qu’i faurè què dj’perniche èue bruche aveu, pou l’paquet d’arantoiles qu’i gn’è au plafond!

    Vès savez bin què jdè n’...

    C’est pou v’fâre aller, hein, Germaine. Santé.

    Santé, Jules. Djè m’sate bin, tchûz vous.

    Oyi, Germaine, mâs c’est tchûz vous què l’pouillon cût!

Le 5 décembre 2021.

    Bonjour, Madame Grougn’resse.

    Bonjour, Monsieur Tampir.

    Vous êtes un peu moins grincheuse que la semaine dernière?

    Et vous, vous êtes un peu moins coléreux?

    Aha! Vous avez déjà la margoulette moins renfrognée!

  Vous savez ce qu’elle vous dit, ma margoulette?

  Je ne sais pas si j’ai bien entendu, mais j’ai compris : «Je vous invite à prendre l’apéro avec moi chez la Grosse Zûlma à condition que vous le payiez»

    Vous avez encore de l’imagination!

    Et j’ai aussi entendu, en plus : «Puis vous viendrez dîner avec moi dans ma petite maison toute douillette, j’ai fait du bon bouillon et un beau gros poulet aux champignons, et j’ai même sorti ma friteuse pour une fois sur l’année...»

    Comment savez-vous tout ça? Et d’abord, qui vous dit que c’est pour une arsouille comme vous, tout ça, hein?

    À moins que vous n’ayez trouvé un amant au coin d’une rue, je ne vois pas qui, dans le village, ferait votre affaire...

    Ah, quelle mauvaise gu...

    On y va, Germaine, chez la Grosse Zûlma?

    Ou bien on prend l’apéro chez vous, Jules, c’est la même chose...

    On ne va pas trop traîner, sinon le poulet sera tout noir!

    J’y pense, Jules, quand on sera chez moi, vous me remettrez une ampoule dans le corridor?

    Bah... Et si je vous faisais la courte-échelle... Ce serait bien aussi, ça...

    Je vous vois arriver! Vous êtes quand même un sacré filou, hein, vous feriez n’importe quoi pour regarder sous les robes d’une femme!

    Sauf votre respect, Germaine, et sans médire, ce qu’il y a sous vos robes, je le connais déjà par cœur!

    J’ai sorti l’escabelle.

    Je m’en doutais, allez. Saint-Émilion, avec le poulet?

    Vous en trouverez encore?

    Cave de gauche, troisième planche à droite, vers le milieu...

    Comme je vois, vous connaissez mieux ma cave que moi!

    Ça me rappelle qu’un jour, nous y avons regardé les feuilles à l’envers, comme on dit dans le bon langage.

    Et pourquoi vous repensez à ça?

    Parce qu’il faudra que j’emporte un balai, pour le paquet de toiles d’araignées qu’il y a au plafond!

    Vous savez bien que je n’...

    C’est pour vous taquiner, hein, Germaine. Santé.

    Santé, Jules. Je me sens bien, chez vous.

    Oui, Germaine, mais c’est chez vous que le poulet est en train de cuire!

El 28 nôvembe 2021.


    Tampir
! Où ç’què v’atez?

    ...

    Où ç’què v’aztez, don, Tampir?

    Djè sûs touci, Grougn’resse, qu’est-ce qui n’va m’ co?

    Dèpîtcheze-v’!

    Bin quoi, Germaine, vès v’ez d’jà ramujlé su les preumis flocons?

    Tâjez-v’ Tampir, c’est pus emmerdant qu’ça!

    Bondjou, Germaine. Vote tchauffadge è co tchû en panne?

    Pusquè djè v’dis qu’c’est pire!

    Aha. Vote cabinet est co boûtchi, bin sûr!

    Nom des djeux, Tampir, lâyez-m’ causer!

    Ma p’tite Germaine, ma fleûr dè lotus, èm’ pètâle dè rôse, ma fleûr dè camamine...

    V’allez m’choûter, oyi ou non!!!

    Djè m’tâs, Germaine, mâs vès m’dèrez pouquoi ç’què v’atez aveu des savates das la neidge!

    Djustèmat, v’ez vû l’taps?

    Non.net, Germaine, djè n’rèwâte mi la tèlè èt djè n’choûte mi l’posse...

    Bin allez-y, foutez’v co d’mi!

    Vès l’ez bin tchârtchi!

    Djè m’a r’va, djè n’cause mi aveu in colâs coumme vous!

    Bin à r’voir, mère Grougn’resse. Djè n’sarâ djamâs pouquoi ç’què v’ez v’nu m’ pèler la camisole, què dj’atous en train d’travailli das ma câve!

    Alôrs, vès v’a foutez bin qu’dj’aviche âque qui n’va m’!

    V’ez sûr âque qui n’va m’ das la tîte, èt vès doûrins vûdi ça!

    Qu’est-ç què v’èlez dère aveu ça?

    1. Quand on appelle au s’cours, on n’breûle mi das la mâjon d’in ami.

        2. Quand l’ami n’rèponde mi tout d’chûte, c’est qu’i-l est en train d’fâre âque.

        3. Si vote tchauffadge est co en panne, i faut tchîdgi d’rèparâteur.

        Ça vèrè? V’atez prète à ête polie èt aîmâbe?

    Dj’â perdu n’bâgue.

    Dè ma faûte.

    Das la neidge.

    Dè ma faute.

    Ah nom dès djeux, arrêtez aveu ça! Bin sûr què non, què ç’n’est-m’ dè vote faute!

    Alors dijez-m’ ça bin dgentîmat, èt dijez-m’ què v’voûrins què dj’v’âdiche à tchârtchi...

    Ma bâgue è eune valeur què vès n’plez comprenre.

    Paix su la tîrre aux loûgnes dè bounne volonté.

    Vès d’vez m’âdi à la r’trouver!

    Bah, gn’arè in après l’hivîr, la neidge fônrè, èt vès r’troûv’rez vote bâgue!

    Lâd mujî! On n’peut pus compter su vous pou rin, alôrs?

    Mi quand on d’mande aveu in martî èt n’courdgie.

    Hm. Djè... Euh...

    Ç’qu’i gn’è?

    Jules, dj’â pèrdu n’bâgue qui m’tint à cœur. Vès v’lez bin m’âdi à la tchârtchi?

    C’est mieux. Èt où ç’què v’lez perdue?

    Bin, si djè l’savous, sacré lâd niche vara d’loûgne, djè l’arous d’jà r’trouvé èt djè n’arous m’ dujette dè vous!

    Dj’a r’va das mes câves. Èr’ foutez l’camp tchûz vous!

    Ah! Sacré niche vara d’torî d’niche goret d’lâd potrî!

    C’est ça... Vîv’mat l’mois d’mârs...

Le 21 novembre 2021.

    Tampir! Où êtes-vous?

    ...

    Où êtes-vous donc, Tampir?

    Je suis ici, Grougn’resse, qu’est-ce qui va encore de travers?

    Dépêchez-vous!

    Ben quoi, Germaine, vous êtes déjà tombée sur les premiers flocons?

  Taisez-vous Tampir, c’est plus embêtant que ça!

    Bonjour, Germaine. Votre chauffage est encore tombé en panne?

    Puisque je vous dis que c’est pire!

   Aha. Votre toilette est encore bouchée, bien sûr!

    Nom des dieux, Tampir, laissez-moi parler!

    Ma petite Germaine, ma fleur de lotus, mon pétale de rose, ma fleur de camomille...

    Vous allez m’écouter, oui ou non!!!

    Je me tais, Germaine, mais vous me direz pourquoi vous êtes en savates dans la neige!

    Justement, vous avez vu le temps?

    Non, Germaine, je ne regarde pas la télé et je n’écoute pas la radio...

    Ben allez-y, foutez-vous encore de moi!

    Vous l’avez bien cherché!

    Je m’en retourne, je ne parle pas avec un individu comme vous!

    Ben au revoir, mère Grougn’resse. Je ne saurai jamais pourquoi êtes venue me déranger alors que j’étais en train de travailler dans ma cave!

    Alors, vous vous enfichez éperdument qu’il y ait quelque chose qui ne va pas pour moi!

    Il y a sûrement quelque chose qui ne va pas dans votre tête, et vous devriez vider ça!

    Qu’est-ce que vous voulez dire par là?

    1. Quand on appelle au secours, on ne hurle pas dans la maison d’un ami.

        2. Quand l’ami ne répond pas tout de suite, c’est qu’il est occupé.

        3. Si votre chauffage est encore en panne, il faut changer de réparateur.

        Ça va aller?  Vous êtes prête à être polie et aimable?

    J’ai perdu une bague.

    De ma faute.

    Dans la neige.

    De ma faute.

    Ah nom de dieu, arrêtez avec ça! Bien sûr que non, que ce n’est pas de votre faute!

    Alors dites-moi ça bien gentiment, et dites- moi que vous voudriez que je vous aide à la chercher...

    Ma bague a une valeur qua vous ne pouvez pas comprendre.

    Paix sur la terre aux bêtas de bonne volonté.

    Vous devez m’aider à la retrouver!

    Bah, il y aura un «après l’hiver», la neige fondra, et vous retrouverez vote bague!

    Sale grincheux! On ne peut plus compter sur vous pour rien, alors?

    Pas quand on demande avec un marteau et un fouet.

    Hm. Je... Euh...

    Qu’est-ce qu’il y a?

    Jules, j’ai perdu une bague qui me tient à cœur. Vous voulez bien m’aider à la chercher?

    C’est mieux. Et l’avez-vous perdue?

    Ben, si je le savais, sacré vieux barbon débile, je l’aurais déjà retrouvée et je n’aurais pas besoin de vous!

    Je redescend dans mes caves. Fichez le camp et rentrez chez vous!

    Ah! Sacré mauvais bien de camp-volant!

    C’est ça... Vivement le mois de mars...

El 21 nôvembe 2021.

    Bondjou, mère Grougn’resse. Après quoi ç’què v’ez chèré vote cote?

    Chèré ma cote, Tampir, wâye dè qué coté?

    Ma foi, Germaine, c’est djusse das la roûye...

    Et coummat ç’què v’ez vû ça, vous?

    Cè n’atout m’ molâji. V’ez tadu vote dèrri a ramassant l’billet qu’ v’avins lâyi tchûre...

    V’ez toudjous l’œil où ç’qu’ i n’faut m’!

    Si v’îmez mieux v’pourmoûner aveu les fesses à l’air, c’est co vote droit, djè n’dèrâ pus rin.

    Djè n’ôs’râ pus traverser les ruâyes, à ç’t’heûre. Qu’est ç’ què dj’va fâre? Hein, qu’est ç’ què dj’va fâre???

    Vès n’ez qu’d’atrer tchûz mi, v’atez d’vant m-n’huche. Djè v’rècoûs’râ ça en deux minutes.

    Djusse pou m’ voir dèvitîse, bin sûr, sacré nich’rou!

    Djè peux bin r’couse vote cote ainlà, vès n’ez m’dujette dè l’enl’ver...

    Pou m’piquer das les fesses èt m’fâre breûler? Bin sûr que non, rin d’tout ça!

    Bin vès p’lez bin z’a raller la roûye à l’air, mi, ça n’ mè fât rin. Mîme què si gn’è in bon côp d’vat, i n’sarout pus v’soul’ver l’gadin, aveu in trô ainlà, i-l è d’quoi s’èvâcuer sas maû...

    Ratrez, èt allez quîre vote agûe èt vote fil!

    I faut dère in p’tit mot magique, Ma bounne Germaine...

    Quoi, don?

    On n’v’è m’ apprins à dère «s’i vous plaît», das vote djône taps?

    S’i vous plaît. Dj’â roubli, c’est tout.

    Bin oyi, allez, dèd’pûs si longtaps...

    Vès v’pernez pou in gamin?

    Djè n’ vèra m’ djusquè d’toulà, mâs v’ez tout d’mîme quèques annâyes dè pus’ què mi...

    Tâjez-v’! Où ç’què djè m’ mette?

    Djè va m’assîre su l’divan, noume, èt ves v’mettrez à plat vate (enfin, plat, si v’y arrivez) en travî d’mes mutés qu’j’aviche ène vû panôramique dè vote dèrrî!

    V’ez d’la tchance què ma cote est trawâye èt qu’j’â dujette dè vous, v’arins d’jà eû deux berlafes sur l’mujî!

    Âaaattention, Germaine, c’est mi qu’è l’agüe...

    Rwâtez où ç’què v’piquez!

    Pont d’affaîre, Germaine, djè fâs bin attention. Djè n’voûrou m’ v’oï m’dère què la troîsième berlafe est en route.

    Ça avance?

    Oyi. Dijez, v’èz n’potche padrî? Qu’est-ç’ què c’est d’ça?

    Vara d’pouchî, c’est ma fesse!!! Tèrez vos mîs ou...

    Bin djè va m’dgîner! Quitte à risquer la quatrième! Vèlà, Germaine, c’est fât.

    Djè voûrous bin voir ça!

    Faut tèrer la cote.

    Oyi, tâjez èt pûs co quoi? Vès n’ez ène pètite glace, djè r’wâtrous d’vant vote aumâre aveu la grande glace...

    Aveu la p’tite glace què dj’â, vès n’voirins m’ soûlmat la mîtan d’eune dè vos fesses.

    Tchès, tchès! Aveu vos deux œils au beurre noir, à ç’t’heûre, vès n’voirez pus rin dû tout, vous!

    Ah, la vîe cavale! Allez, là vous, rade service à n’sorcière!

    Merci tout d’mîme dè m’avoir boûtchi l’trô!

    C’est bin l’dârin côp, c’est mi qui vès l’dis!

Le 21 novembre 2021.

    Bonjour, mère Grougn’resse. Après quoi avez-vous déchiré vote robe?

    Déchiré ma robe, Tampir, mais de quel côté?

    Ma foi, Germaine, c’est juste dans la raie...

    Et comment avez-vous vu ça, vous?

   Ce n’était pas difficile. Vous avez tendu votre derrière en ramassant le billet que vous aviez laissé tomber...

    Vous avez toujours les yeux où il ne faut pas!

   Si vous aimez mieux vous promener avec les fesses à l’air, c’est encore votre droit, je ne dirai plus rien.

    Je n’oserai plus traverser les rues, maintenant. Qu’est-ce que je vais faire? Hein, qu’est-ce que je vais faire???

   Vous n’avez qu’à entrer chez moi, vous êtes à ma porte. Je vous recoudrai ça en deux minutes.

    Juste pour me voir déshabillée, bien sûr, sacré saligaud!

    Je peux bien recoudre votre robe comme ça, vous n’avez pas besoin de l’enlever...

    Pour me piquer dans les fesses et me faire hurler? Bien sûr que non, rien de tout ça!

    Ben vous pouvez bien vous en aller la raie à l’air, moi, ça n’e me fait rien. Même que s’il y a un bon coup de vent, il ne saurait plus vous soulever les jupes, avec un trou comme celui-là, il a de quoi s’évacuer à l’aise...

 Rentrez, allez chercher votre aiguille et votre fil!

    Il faut dire un petit mot magique, ma bonne Germaine...

    Quoi, donc?

    On ne vous a pas appris à dire «s’il vous plaît», dans vote jeune temps?

    S’il vous plaît. J’ai oublié, c’est tout.

    Ben oui, allez, depuis si longtemps...

    Vous vous prenez pour un gamin?

    Je n’irai pas jusque-là, mais vous avez tout de même quelques années de plus que moi...

    Taisez-vous! Je me mets où?

    Je vais m’asseoir sur le divan, et vous vous mettrez à plat ventre (enfin, plat, si vous y arrivez) en travers de mes genoux, que j’aie une vue panoramique de vote derrière!

    Vous avez de la chance que ma robe est trouée et que j’ai besoin de vous, vous auriez déjà eu deux baffes sur le museau!

    Aaaattention, Germaine, c’est moi qui ai l’aiguille...

    Regardez où vous piquez!

    Pas de risque, Germaine, je fais bien attention. Je ne voudrais pas vous entendre me dire que la troisième baffe est en route.

    Ça avance?

    Oui. Dites, vous avez une poche derrière? Qu’est-ce que c’est de ça?

    Sacré pourceau, c’est ma fesse!!! Tirez vos mains ou...

    Ben je vais me gêner! Quitte à risquer la quatrième! Voilà, Germaine, c’est terminé.

    Je voudrais bien voir ça!

    Faut enlever la robe.

    Oui, donc, et quoi encore? Vous n’avez pas une petite glace, je regarderais devant votre armoire avec le grand miroir...

    Avec la petite glace que j’ai, vous ne verriez même pas la moitié d’une de vos fesses.

  Tiens, tiens! Avec vos deux yeux au beurre noir, maintenant, vous ne verrez plus rien du tout, vous!

  Ah, la vieille cavale! Allez, là vous, rendre service à une sorcière!

    Merci quand même de m’avoir bouché le trou!

  C’est bien la dernière fois, c’est moi qui vous le dis!

El 14 nôvembe 2021.

    Alors, mère Grougn’resse, v’allez fâre vote dârin barbacue d’l’annâye?

    Bin, vès v’foutez d’mi! In barbaplaûve, oyi!

    L’èté est drî nous, là, Germaine!

    L’èté? I n’sarout ête drî nous, pusqu’on n’l’è m’ vû ç’t’annâye-ci!

    Ah! Bin v’là n’parole d’optimisse! Ça veut dère què si i n’est m’ padrî nous, i n’sarout ête què pa d’vant!

    Vès révez, Jules! I-l è passé su l’coté èt, à m’n’avis, i-l a fârè co autant l’annâye qui vint!

    Wâye non.nèt, allez! La Cop 24 ou 36 ou djè n’sais qué limèrô  va nous arrandgi ça!


    Ben vès v’lez rîre, don
! Dèd’pûs des annâyes, les politiciens n’sant pus qu’des polichinelles qui n’ant pont dè ç’què dj’sondge où ç’què dj’sondge. Quand les grosses boîtes èt les lobbys dijant «blanc», i dijant «blanc» a fayant allez la tîte don haut en bas, coumme les bourriques. Mîmes les dgens (si on peut co hutchi ça des dgens) dè d’tchûz nous n’sant m’ capabes dè s’arrandgi et d’causer d’la mîme manière paç’qu’i n’sant m’ moûnés p’aû tchu don nez pa les mîmes grosses panses...

    Hum... I causant d’pus en pus’ dè fâre ratrer des citoyens das l’parlement...

    On rîrout bin si ça s’fayout. Les citoyens s’fârint r’toûner coumme des crêpes èt n’arint m’pus’ à dère que les politicards!

    Dè toute manière, i n’arriv’rant djamâs à s’mette d’accoûrd su la dèsignâtion des citoyens. Gn’è toudjous n’cambûse politique qui troûv’rè qu’l’aute est mieux r’prèsentée qu’la sienne. Et au lieu d’fâre mîme semblant d’fâre dè la gestion, i pass’rant zoû taps à s’agûyi don matin à la nût.

    Pour les çounes qui s’rant toulà... I gn’è des côps qu’i n’sant wâ nombreux das l’hèmicyc.

    Et on rarè co des papis pou macheurer des p’tits ronds! Si on y va, on n’vôt’rè qu’pou des guignols, èt si on n’y va m’, ça r’venrè au mîme, c’est ces guignols-là qui s’fârant noummer.

    Bah, dj’arans tout d’mîme in papi en moins!

    Ah bon? Et d’qué n’avés?

    Tâs-t’ bin sûr qu’i n-n’ôs’rant m’ nous r’foûrer in bull’tin pou les carcasses vûdes des provinces!

    I-s a sant co bin capâbes! I gn’arè co des loûgnes pou n’aller candidats au ridicule, èt des autes loûgnes pour vôter pour zoux!

    Vès m’baillez la nausée... Allèz, dj’allans vôter, nous deux!

    Vôter pou quoi, don, Germaine?

    Ricard, ou Orval?

    Vès n’ez m’ dujette dè prèparer l’bull’tin, on dècid’rè su place!

    Oyi, pernans l’bounheûr su place el tra qu’i nous lâyant co fâre in paû!

Le 14 novembre 2021.

    Alors, mère Grougn’resse, vous allez faire votre dernier barbecue de l’année?

  Ben, vous vous foutez de moi! Un barbepluie, oui!

    L’été est derrière nous, hein, Germaine!

    L’été? Il ne saurait pas être derrière nous, puisqu’on ne l’a pas vu cette année!

    Ah! Ben voilà une parole d’optimiste! Ça veut dire que s’il n’est pas derrière nous, i ne saurait être que devant!

    Vous rêvez, Jules! Il est passé sur le côté et, à mon avis, il en fera autant l’année prochaine!

    Oh! non, allez! La Cop 24 ou 36 ou je ne sais quel numéro va nous arranger ça!

    Ben vous voulez rire, donc! Depuis des années, les politiciens ne sont plus que des polichinelles qui n’ont pas ce que je pense où je pense. Quand les grosses boîtes et les lobbys disent «blanc», ils disent «blanc» en faisant allez la tête de haut en bas, comme les bourriques. Mêmes les gens (si on peut encore appeler ça des gens) de chez nous ne sont pas capables de s’arranger et de parler de la même manière parce qu’ils ne sont pas menés par le bout du nez par les mêmes grosses légumes...

    Hum... Ils parlent de plus en plus de faire entrer des citoyens au parlement...

    On rirait bien si ça se faisait. Les citoyens se feraient retourner comme des crêpes et n’auraient pas plus à dire que les politicards!

    De toute manière, ils n’arriveront jamais à se mettre d’accord su la désignation des citoyens. Il y aura toujours une clique politique qui trouvera que l’autre est mieux représentée que la sienne. Et au lieu de même faire semblant de faire de la gestion, ils passeront leur temps à se disputer du matin au soir.

    Pour ceux qui seront présents... Il arrive parfois qu’ils ne soient guère nombreux dans l’hémicycle.

    Et on aura de nouveau des papiers pour noircir des petits ronds! Si on y va, on ne votera que pour des guignols, et si on n’y va pas, ça reviendra au même, c’est ces guignols-là qui seront désignés.

    Bah, on aura quand même un papier en moins!

    Ah bon? Et pourquoi cela?

    Ils ne vont tout de même pas oser nous refourguer un bulletin pour les carcasses vides des provinces!

    Ils en sont bien capables! Il y aura encore des andouilles pour se porter candidats au ridicule, et d’autres andouilles pour voter pour eux!

    Vous me donnez la nausée... Allez, nous allons voter, nous deux!

    Voter pour quoi, donc, Germaine?

    Ricard, ou Orval?

    Vous n’avez pas besoin de préparer le bulletin, on décidera sur place!

    Oui, prenons le bonheur sur place tant qu’ils nous laissent encore faire un peu!

El 7 nôvembe 2021.

    Bondjou, Tampir! Est-ç’ què v’ n’atains m’ en train d’tchanter?

    Bondjou, Germaine! Djè vois qu’oyez bin quand vès v’lez... Hop!!! Èn’ vès mettez m’ djà en rote, là... Nez-a putot tchanter aveu mi.

    Allèz, vès n’atez què l’dârin des dârins, mâs v’ez co des bons cotés... Qu’est-ç’ què v’tchantez?

    Des r’frains gaumais, bin sûr!

    V’a counn’chez tant qu’ça?

    Bin, Germaine, i gn’a-n è des tchartâyes! Mâs dj’atous en train d’choûter (aveu mes oreillettes, c’est pou ça què v’ès n’l’ez m’ oï) el CD d’où ç’què l’Georges Déom tchante l’Albert Yande. I gn’a-nè ène qui deure longtaps, «C’est la dicasse tchûz les Marchau», èt djè l’îme co bin.

    Ça m’ plâjout bin d’v’ècoûter ètou. I gn’a-n è des autes?

    Djè les îme bin tourtoutes, Germaine. Èt su l’aute CD qui va aveu, el Bernard Daussin, què v’ez vû pus d’in côp à la tèle aveu ses slams, c’est pareil, elles sant tourtoutes bin plâjantes, mâs l’rèfrain qui m’ chût toudjous, c’est «pateure tavaû».

    Bah, si c’est soûrti su CD, toute la Gaume les tchante sûrmat, à ç’t’heûre...

    Ho ho!!! Bin v’atez d’la bounne annâye, ma pauve Germaine! Djè n’atans m’ vingt à avoir el CD, alors vès sondgez bin...

    Coummat qu’ça s’fât? I gn’è eû n’prèsentâtion à Îthe, ène foire à Vîrton, in Salon à Étaûlle... Les gazettes a-n ant causé... Tout l’monde doûrout l’avoir! Djè n’l’a m’ co choûté, mâs i-l est su m’lecteur...

    I paraît què l’CD est moût, Germaine. Su les ordinâteûrs, en tout cas, les informatiqueurs avant dècidé qu’ç’atout fât, qu’o n’a mettrout pus.

    Co des lobbys qui dècidant pou tourtous...

    Mâs à coté d’ça, on poûrrout dère què l’Gaumais, c’est in pau l’Ècossais don patois. Tant qu’ç’est pou rin, i-l îme bin, mâs i-l adôre ès’ patois, terrib! Mâs si i faut soûrti in sou, on nè l’voit pus... Pou l’patois das tous les cas...

    Ça n’v’empîtche mi dè l’tchanter, note patois!

    Ça n’m’a-n apîtchrè djamâs.

    V’ez vû l’dictionnaire don Jean-Louis Laurent?

    Djè l’â coummandé, Germaine, djè l’rawâ.

    Mîme si c’est ècrit en Feller?

    C’est don gaumais, Germaine. I m’faûrè in paû pus’ dè taps pour l’lîre, mâs tant pîre. Après autant d’annâyes, c’est in fâmeux boulot, ça mèrite el respect.

    V’ez vû l’heûre, Tampir?

    Oyi, Germaine. Djè v’invite à l’apèro : don Dicomar!